Review > Demain il sera trop tard

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre : Demain il sera trop tard

Auteur : Jean-Christophe Tixier

Editeur : Rageot

Date de parution : A paraître le 12 / 09 / 17

Lu en : Format numérique

Cotation : 17/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Virgil vit dans l’insouciance. Le Terme diagnostiqué à sa naissance fait de lui un 81 (il va vivre 81 ans). Mais un jour, une Brigade tente de l’arrêter. Il s’enfuit. Débute alors sa descente aux enfers.
Enna, elle, est Court Terme et vit dans le ghetto. Elle graffe sa révolte sur les murs des beaux quartiers. Quand son amie est tuée par un groupuscule proche du pouvoir, elle jure de la venger…
Traqué, Virgil rencontre une jeune geek, Lou, analyste de données, qui lutte clandestinement contre le système.
Lui, Enna, Lou et d’autres sont décidés à se battre contre cette société totalitaire qui les a condamnés et à vivre intensément chaque jour, chaque minute, chaque seconde, qui restent !

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

La venue des Editions Rageot sur la plateforme NetGalley est une agréable surprise. Je ne les connaissais pas et c’est un tort au vu de la qualité de leurs ouvrages.
Je les remercie vivement pour leur confiance dans l’envoi de ce service presse que j’ai tout simplement a-do-ré.

Le roman détient une particularité vraiment intéressante qui fait toute son originalité.
A l’ère où notre vie est régie par les publicités et les logos, marques en tout genre dont on peut assurément prétendre qu’ils nous définissent presque, « Demain il sera trop tard » nous plonge dans un univers encore plus angoissant.

Toute vie se déroule selon « le Terme ». Le terme de vie qu’un test avant la naissance peut deviner et qui déterminera l’avenir de chacun. Evidemment, si tu es un Court Terme on va pas perdre de l’argent à t’offrir une parfaite éducation alors que tu vas crever à 12ans, franchement! Mais ça ne s’arrête pas là, les inventeurs du test ont la main mise sur absolument tout. Tout tourne autour du Terme, on vit à travers lui.
Du coup, on peut dire que ce livre ouvre gentiment à la réflexion, notamment sur les grandes firmes qui font la loi et qui sont peu transparentes sur leurs agissements. Par extension, aussi ces mêmes géantes entreprises qui réduisent au silence les plus petits qui veulent ouvrir les yeux du peuple. Ce sont des sujets bien actuels!

En plus de ce sujet essentiel, le livre aborde aussi une autre question : celle de la peur de la mort. Chaque personnage, du moins les Courts Termes, livre une véritable course contre la montre contre sa propre existence. Nous sommes confrontés à des questions telles que : « Voudrais-je, moi, connaître la date de ma mort? » – « Comment cela influencerait-il ma vie? » – « Voudrais-je me rebeller contre ce système? » (J’ai l’impression de réciter mon cours de philo avec ça, sans rire : « Comment Descartes démonte-t-il sa méthode pour la redéfinir ensuite? » – « Comment cela influence-t-il son siècle? ». Misère, faut que les examens se terminent.)

Evidemment, comme dans tout beau (hum) système, il y a des failles. Failles qui vont amorcer un mouvement de rébellion.
C’est là que ça devient d’autant plus intéressant.
L’auteur ne néglige aucun point de vue et ne se cantonne pas à un seul personnage. On peut à la fois suivre la révolte de l’intérieur, mais aussi avec ceux qui y sont opposés ou encore ceux qui s’en battent les cocotiers.
Malgré la multitude de personnages je trouve qu’on s’y retrouve plutôt bien. Ils sont assez bien détaillés au début que pour pouvoir s’y attacher un minimum et la fin délivre encore quelques informations pour parfaire leur construction.
J’ai cependant un point à relever : on m’explique comment tu tombes amoureux/euse tout juste après avoir rencontré la personne? Vive la crédibilité… M’enfin ce n’était qu’un truc parmi d’autres très positifs. Mais on connaît mon amour inconsidéré pour toute forme de romantisme hein.

L’écriture ne m’a pas transcendée mais elle n’était absolument pas mauvaise non plus. C’est du genre qui se laisse lire très facilement et qu’on apprécie sans pour autant lui trouver « le truc » qui fait la différence. L’auteur maîtrise très bien ses mots et son histoire et de toute façon, vu les particularités glissées tout au long du livre ça suffit largement à rendre le texte bien spécial.

Ce n’est pas un livre d’action à proprement parler, c’est plus subtil que ça.
L’auteur joue sur plusieurs plans en nous laissant nous demander quand les plans des uns vont venir heurter ceux des autres, comment tout ça va aboutir. C’est vraiment un réseau complexe que l’auteur gère vraiment bien. La rébellion se fait de manière plus insidieuse que les radicales émeutes armées (bien qu’il y en ait presque aussi). J’aurai bien aimé suivre de manière plus poussée le développement de la révolte, je trouve que c’est un rien trop brouillon tout de même.

Cependant, peut-être que ce sera d’autant plus exploité dans un deuxième tome. La fin laisse envisager la possibilité d’une suite. En fait, il vaudrait d’ailleurs mieux qu’il y en ait une, autrement je trouverais le final bâclé et qui laisse sur trop de scenarios potentiels. Ce n’est pas trop ce que j’aime, pas sur ce type de livre, en tout cas, qui je trouve doit avoir une vraie conclusion!

Honnêtement, c’est une lecture qui m’a marquée et qui, encore une fois, permet de faire fonctionner ses méninges concernant ce monde, notre monde au final.
Les personnages sont bien définis et englobent une panoplie de profils différents, chacun pourra donc trouver celui/celle qu’il apprécie et vivre l’aventure à travers lui/elle.
Je te conseille de te ruer dessus à sa sortie qui est le 12 septembre!

Publicités

8 thoughts on “Review > Demain il sera trop tard

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s