Thriller

│J’AI LU│Les Pantins Marionnettistes #1

INFOS - Pantins marionnettistes


Un livre qui me laisse bien bien perplexe… Ça faisait un moment que je n’avais plus été aussi perdue quant à une lecture. Ai-je aimé? Ai-je détesté? La réponse se trouve plus bas, dans ce fouillis de mots. (Non en vrai, j’en sais rien, je raconte n’importe quoi)

L’auteure m’avait contactée il y a un moment maintenant car elle appréciait mes avis constructifs (ah?) et honnêtes (ça c’est vrai), même quand j’ai envie de jeter mes lectures dans l’océan tellement c’est mauvais (« Mais Emma, t’exagères, tu es qui pour dire qu’un livre est mauvais? » JE SAIS, mais j’ai un mythe sur ma personne à entretenir). Elle recherchait donc ce type d’avis (j’aime bien les gens maso).

J’avais déjà lu les 10 premières pages de ce bouquin, qui était dans les soumissions de candidature pour le Prix des Auteurs Inconnus. Je ne me rappelais plus trop ce que j’en avais pensé, par curiosité je suis retournée voir mes notes et là, je lis, grosso-modo : « J’ai rien compris au résumé, ni aux 10 pages ». CA COMMENCE BIEN. Malgré tout, je décide d’accepter le défi! (Oui en plus d’aimer les gens maso, je le suis moi-même)

Quelle ne fut pas ma surprise de constater que j’ai finalement, trouvé le début super agréable. Je me suis mise dans de bonnes conditions pour le lire, calme, pas de pression extérieure type examens pour l’unif qui me ruine mon envie de vivre, et ç’a fait son effet.
Bon après y a pas que le contexte qui a permis ça, forcément. L’écriture de Samantha est INCROYABLE. C’est l’une des plumes les plus addictives que j’ai pu lire. Je suis absolument sous le charme de celle de Tahereh Mafi (auteure de la saga Insaisissable), que je trouve délicate, poignante. J’ai retrouvé un petit truc similaire dans ce bouquin-ci qui faisait la différence. A un autre niveau, bien entendu, car si Tahereh Mafi se veut être assez poétique et sentimentale, Samantha penche plus vers l’humour décalé et le pas toujours très politiquement correct. Son écriture reste du début à la fin subtilement ensorcelante.

Ron madly in love

Je dois bien avouer, mais je pense que tu l’avais compris, qu’à la lecture du résumé (et même à la deuxième et troisième lecture) je voyais pas trop à quoi m’attendre. Je continue d’avouer que même en plein dans ma lecture, je ne savais toujours pas à quoi m’attendre la page suivante. Pour ça chapeau. Parce que pour maintenir un tel suspens, y’a pas à dire, faut du talent. Mais y a un couac tout de même. J’ai fini par me perdre (« mais t’étais déjà perdue! » Oui mais j’étais perdue dans ma perte, tu me suis? Ah bah non, on est perdu, c’est vrai). Y avait trop pour moi, c’était trop loufoque, trop de situations absurdes, de personnages absurdes. C’était fou, agréable un temps, mais à la limite du dérangeant vers la fin. C’est devenu trop démesuré à mon sens. Mais je salue encore l’incroyable plume de l’auteure qui sera parvenue à maintenir mon attention jusqu’au bout.

La première partie est celle qui m’a le plus emportée. Au-delà de la plume de l’auteure (oui, j’arrête de te souler avec ça), l’intrigue qui se dessinait s’annonçait terriblement palpitante. Une jeune femme, un tueur en série, un marché complètement aberrant : sa vie sauve, si elle accepte d’apprendre à le connaître (Oooh, une âme torturée en quête de reconnaissance et d’amour. Non. Pas vraiment). Parce que pour découvrir toutes les facettes de cette homme, vaut mieux avoir ses tripes bien accrochées. L’auteure nous emmène de chapitres en chapitres en soulevant toujours plus de questions que l’on a de réponses. C’est une tactique qui passe ou qui casse, en fonction du lecteur. Ca rejoint donc ce que j’évoque au-dessus : TROP, y a TROP mais paradoxalement, pas assez de choses auxquelles me raccrocher. J’ai vainement tenté de reléguer cette frustration et de juste me laisser bercer par le côté insensé et complètement déjanté du récit. Il m’aura manqué un socle, quelque chose sur lequel me reposer et me dire  »ok tout ça a un sens au final » (parce que j’ai besoin de mettre un sens à ma vie OK? *pleureenpositionfoetale*).

dean eating.gif

Alors oui, tout y est pour que ce roman soit au final, excellent. Je l’admets et je l’affirme même. Les gens un peu perchés l’adoreront! Je suis barrée comme fille et même si j’ai pas réussi à être emportée là où l’auteure voulait m’emporter, j’ai apprécié la tentative. Peut-être qu’il manquait un rien de maîtrise, dans le sens, mesurer quand et comment telle situation arrive, quand et comment la folie s’insinuera dans les lignes et la tête du lecteur. Je ne sais pas, mais au final, une chose est sûre, ça donne mine de rien envie de poursuivre l’aventure pour voir À QUOI CA RIME CE B*RDEL!

signature_02

5 réflexions au sujet de “│J’AI LU│Les Pantins Marionnettistes #1”

  1. Okey, je suis complètement intriguée par ce livre ! Ton avis donne trop envie, et je suis barrée comme fille donc ça devrait bien passer. En plus, la 4e de couverture, waw ‘-‘ Déjà là je me disais « omg, je dois le lire ». Hop, dans ma WL !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s