LECTURES, Young-adult

│J’AI LU│Chère Fubuki Katana

4e_fubuki_katana

4e_couverture

Au lycée ou même chez soi, quand on vit au Japon on n’étale pas ses problèmes. Pourtant, Emi aurait beaucoup à dire : le harcèlement qu’elle subit, sa passion pour les mangas, et surtout la culpabilité qu’elle essaie d’enfouir depuis plusieurs mois… Emi ne se confie jamais. Jusqu’à ce qu’une rencontre l’incite à tout raconter. Mais peut-on se fier à n’importe qui, dans une société où les apparences priment souvent sur la vérité ?


Je ne m’attendais clairement pas à apprécier autant. Lorsque j’ai débuté cette lecture, c’était sympa, sans plus. Bien écrit, explications et descriptions tout comme il faut, jolies tournures de phrases… L’autrice intègre plein de trucs concernant la société japonaise que je ne connais que très mal. C’est parfois un peu trop informatif, d’ailleurs. Le naturel de l’histoire se perdait un peu. Mais ce n’est pas une impression omniprésente non plus, rien de bien méchant. Bref. Sympa quoi.

Plus l’histoire avançait, plus je me retrouvais prise au jeu. Emi est une ado qui subit du harcèlement à l’école, elle s’isole de plus en plus et, société japonaise on fire oblige, ce serait très très mal vu qu’elle parle de ses problèmes. Au final, Emi n’est pas vraiment une héroïne extraordinaire. Je pense que c’est le but, d’ailleurs : montrer l’ordinaire. Elle n’est pas spécifiquement attachante mais on a envie de s’accrocher à son histoire. Très rapidement, elle rencontre Hana qui devient alors un peu sa seule amie. Elle s’ouvre assez facilement à elle, laissant paraître ses faiblesses. Avec elle, Emi prend de plus en plus de contrôle et parvient à se ré-approprier gentiment sa vie. Les chapitres s’achèvent parfois sur des mails à l’intention d’une Fubuki Katana. Ils cassent vraiment avec le rythme assez lent du roman, c’est vraiment plaisant et apporte un soupçon de suspens qui aurait carrément manqué si le récit s’était contenté de raconter la vie d’Emi. Du coup, WHO THE HELL IS FUBUKI KATANA ? Bah bonne chance, faut attendre la toute fin du roman pour comprendre. Et franchement, à part si t’es une pointure dans ce qui se fait de plus étrange au Japon, RIEN ne peut te laisser présager le final. Je suis un peu tombée sur mes fesses lorsque le dénouement est arrivé.

C’est un livre important, dans la mesure où il montre une facette du monde assez problématique (parmi tant d’autres n’est-ce pas). Les traditions et tabous d’une société peuvent vraiment devenir un fléau. Le Japon est connu pour faire passer la collectivité avant l’individu et il semblerait que cela isole plus les personnes qu’autre chose. Il y a ce côté vraiment alarmant dans le récit qui me plaît. L’autrice aborde des sujets assez complexes avec justesse et donne l’occasion au lecteur de se poser pas mal de questions. Au final, à la lecture du résumé je ne m’attendais vraiment pas à être aussi déstabilisée. Apparemment, de ce que j’ai pu lire, c’est vraiment un truc récurrent chez cette autrice qui semble pleine de promesses. C’est une vraie belle lecture, qui invite à la réflexion, et j’aime fort ça.

signature_01

8 réflexions au sujet de “│J’AI LU│Chère Fubuki Katana”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s