Fantastique, LECTURES, Romance, Young-adult

│J’AI LU│Carry On

carry_on

4e_couverture

Une histoire d’amour profondément émouvante et complètement envoutante dans un univers effrayant de monstres et de fantômes… Un cocktail aussi surprenant que captivant !

Simon Snow déteste cette rentrée. Sa petite amie rompt avec lui ; son professeur préféré l’évite ; et Baz, son insupportable colocataire et ennemi juré, a disparu. Qu’il se trouve à l’école de magie de Watford ne change pas grand-chose. Simon n’a rien, mais vraiment rien de l’Élu. Et pourtant, il faut avancer, car la vie continue…


J’avais vachement peur en commençant ce livre. Je n’avais jamais été particulièrement attirée par les récits de Rainbow Rowell jusqu’à ces dernières semaines. Ne me demande pas pourquoi, je cherche toujours ! On m’avait toujours décrit Carry On comme une fanfiction (relativement médiocre aux dires de certains) d’Harry Potter. Fatalement, ça intrigue tout comme ça refroidit…

Au tout début, j’avais un peu de mal. Simon est en dernière année à l’école de magie de Watford, il est accompagné de Penny sa meilleure amie et fait coloc avec Baz qu’il apprécie fortement (c’est faux). Y a une espèce de démon chelou qui fout le bordel partout : le Humdrum. Le job de Simon serait de défoncer ce démon. Déjà, tu rejoins tout ce petit monde mille ans après la guerre. Genre, tu tombes comme une fleur au milieu d’une intrigue qui a l’air déjà installée depuis un moment. Comme si tu débutais la saga Harry Potter par le septième tome quoi. C’est quelque peu déroutant. La magie opère vite car l’autrice s’est débrouillée pour que cette impression s’estompe rapidement. On m’a immergée dans un univers sans même que je ne le remarque. Au bout de quelques chapitres, je partageais le quotidien de Simon comme si ça faisait déjà sept ans que je le connaissais ! Je me suis rarement sentie aussi proche de personnages et je dois bien admettre que ces presque 600 pages ont défilé bien trop vite.

Simon m’a passablement tapé sur le système au départ. Quand on le rencontre, il est en couple avec Agatha et bon sang… il ne fait que geindre et juste faire l’idiot. Heureusement notre cher Baz est là pour le décoincer un peu. Baz. Ce personnage alors. Il vient d’une famille assez puissante, il parait antipathique (mais il l’est pas vraiment), hautain et d’autres qualificatifs peu sympas également. Alors qu’en vrai, c’est juste une crème ce type. À la base, ils sont censés s’entretuer sauf que les tentatives de meurtre c’est surfait. J’ai adoré voir leur épanouissement mutuel au fur et à mesure que l’histoire avançait. Puis on va pas se mentir, avoir une romance M/M sur fond fantastique, c’est le cocktail du siècle, je resigne à tout moment. Penny est un personnage que j’ai également beaucoup apprécié, elle est complètement intello et associable, j’adore. Agatha était un peu moins mon délire même si sa présence était nécessaire à l’évolution du schmilblick. Par contre, j’ai un peu moins apprécié la présence d’autant de narrateurs. Si Simon et Baz me paraissent essentiels, j’ai des doutes concernant les autres… Ça alourdissait plus le récit qu’autre chose à mon sens voire même le rendait moins pro. Les personnages sont vraiment bien construits mais il n’y avait pas besoin qu’ils deviennent tous narrateurs pour autant.

Simon possède un énorme pouvoir. Si énorme qu’il a tendance à « exploser » comme ils disent. Ça fait des dégâts (sans déc’). Bon l’avantage, c’est que ça fait de lui quelqu’un pouvant faire face au fameux Humdrum, un Élu en gros. Alors ouais, clairement, ça fait réchauffé. C’est vraiment FORTEMENT similaire à HP, on est d’accord, je ne vais même pas essayer de démentir l’affaire. Par contre, je dois bien avouer avoir été agréablement surprise par la manière dont l’autrice a su faire évoluer son histoire. Carry On n’est pas dépossédé de toute originalité, loin de là. L’intrigue tourne en partie autour de l’origine de cette montagne de pouvoir que possède Simon et plus ça avance, plus ça devient difficile de reposer le bouquin. Si les 200 premières pages te promènent tranquillement, tu t’apercevras que c’est facile d’engloutir les 400 dernières d’un seul coup tant le rythme s’accélère !

Au final, je pense qu’il faut parvenir à lire ce livre en se détachant de l’œuvre de Rowling. L’univers de Rainbow Rowell est plus que digne d’intérêt, même si ça reste difficile d’en faire quelque chose d’absolument exceptionnel en un seul tome. La construction des personnages et de leurs relations fut la cerise sur un gâteau déjà plus que délicieux. J’en garderai un excellent souvenir, c’est sûr !

signature_01

 

7 réflexions au sujet de “│J’AI LU│Carry On”

  1. Je l’ai lu il y a un moment… Et je ne savais pas que j’allais lire quelque chose de similaire à HP. J’ai quand même mis 4/5 au roman mais je me souviens avoir été profondément agacée par le départ… Et avoir trouvé la fin horrible. Mais ça changeait un peu. Je n’avais aimé que Baz dans le lot 😂.

    J'aime

  2. Coucou ^^ Dis-moi, est-il possible de lire Carry On sans avoir lu Fangirl ? Parce que du coup ai cru comprendre que c’était la fanfiction qu’écrit le personnage dans Fangirl ^^

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s