Fantastique, Young-adult

|J’AI LU| Instinct, Tome 01

instinct_01

4e_couverture

Tim ne garde qu’un souvenir troublant de l’accident. Quand il a repris conscience, il était une bête féroce, avide de chasse et de sang.
A-t-il rêvé?
Ce n’est pas l’avis du professeur McIntyre, psychiatre singulier, qui l’emmène dans son institut de recherche où vivent d’autres initiés, tous sujets à des métamorphoses animales. C’est là que Tim rencontre Shariff et surtout Flora, une jeune fille séduisante et insaisissable…


Du fantastique young-adult, ma tasse de thé : ce livre aurait dû me plaire ! Malheureusement… tout ne s’est pas déroulé comme prévu

Dès le départ, j’ai eu du mal à me plonger dans le récit à cause de la plume de l’auteur. Elle n’est pas désastreuse, ce n’est pas aussi grave mais je trouvais qu’elle manquait de naturel. Comme si l’auteur avait passé un temps considérablement long à réfléchir à la formulation de ses phrases, un dictionnaire de synonymes à la main, ready à nous fournir un truc hyper complexe. Sauf que… ça a plus alourdi ma lecture qu’autre chose. Presque comme si l’écriture était forcée, en fait.

On a donc Tim, jeune homme de 17 ans, ainsi qu’un accident de voiture l’impliquant lui et sa famille. La famille ne s’en sort pas, mais lui si (no shit, sinon l’histoire serait vachement courte). Il a un vague souvenir de lui qui se transforme en ours (ça c’est cool) et un policier est déter’ à prouver qu’il était sous influence d’une nouvelle drogue qui fait dérailler ses consommateurs en les faisant croire qu’ils deviennent des bêtes. Ça s’annonce mal pour Tim. Par chance, un psychiatre se ramène et lui explique que tout ça est bien réel. Il l’emmène dans un Institut bien sympathique où il fait la rencontre de gens comme lui. Par contre, y a des gros lourds qui prennent en chasse ces personnes donc ça fait pas des chocapics, tu verras par toi-même si tu lis le livre. En gros, c’est ça l’idée.

Bon, le héros m’a quelque peu tapé sur le système. Certes, il se mange des trucs bof sympas dans la tronche entre sa transformation inopinée en nounours, le décès prématuré de l’entièreté de sa famille et quelques joyeuses accusations pour meurtres que laisse planer un policier. J’admets donc que plus d’une personne se sentirait quelque peu dépassée voire largement traumatisée. Mais bon, garder tout cela à l’esprit ne m’a pas aidée à l’apprécier davantage, malheureusement. Je l’ai trouvé passablement égocentrique et casse-pied. La meuf mentionnée dans le résumé, Flora, est pas mal dans son genre non plus. On a quand même une gamine qui fouille illégalement sans pression dans les dossiers privés des gens pour les connaître MAIS qui fait des crises si un pauvre malheureux ose lui poser une question un peu personnelle. Elle fait carrément jurer au héros de ne jamais s’immiscer dans sa vie privée et deux pages après elle pirate les dossiers de la police pour suivre l’évolution de l’enquête concernant ledit héros. BONJOUR L’HYPOCRISIE. L’autre petit gars nommé dans le résumé, Shariff, m’avait vachement plu au départ parce que hyper marrant. Jusqu’à ce que je le trouve de moins en moins crédible et qu’il passe par une phase de victim-blaming aussi. Le gamin a 12 ans et sait probablement réciter chaque livre existant sur Terre, il a accumulé autant de sagesse que Maître Yoda (j’en sais rien en plus, j’ai jamais vu Star Wars). IL A 12 PIGES ? Je suis la première à m’énerver face à l’âgisme mais au bout du compte ça devenait vraiment trop peu crédible là. Puis, comme je disais, l’ennui c’est qu’il est représenté comme THE personnage vraiment équilibré dans le livre, celui qui d’office a toujours raison mais le gamin trouve ça normal de prendre des décisions pour tout le monde parce que je cite « persuadé que c’est le mieux  » (heu t’es qui pour juger ça?) et ainsi littéralement trahir la confiance de ses amis avec un peu de culpabilisation au passage. J’suis pas hyper fan et très honnêtement les personnages m’ont mise mal à l’aise à plusieurs reprises. J’pense d’ailleurs au Jedi de l’espace, là, le psychiatre qui excuse le comportement littéralement psychopathe du héros à la fin parce que « il l’a fait par amour, donc ça va ». MAIS ? Et je finirai ce paragraphe concernant les personnages en mentionnant la romance prévisible entre Flora et Tim, la demoiselle représentant toute sa vie pour lui quatre jours après leur rencontre (littéralement ses mots, je n’extrapole pas). Sans oublier que ça joue à je t’aime moi non plus 47 fois sur les 400 pages du roman.

Le seul point positif que j’ai trouvé à cette lecture c’est la quantité de recherches derrière les phénomènes de transformations animales. L’auteur s’est créé toute une mythologie, en s’appuyant parfois sur des écrits existants et c’était fichtrement sympa à lire et découvrir. Malheureusement, ça n’a pas suffit à capter mon attention ou me permettre de mettre de côtés les autres points négatifs de plus en plus nombreux au fil des pages…

J’ai vraiment essayé de m’accrocher durant cette lecture, j’étais vraiment frustrée car typiquement le genre de livre que j’aime ! Le fond de l’histoire et l’intrigue, bien que pas toujours innovant sur tous les points, restait plaisant mais waw les personnages, ce n’est vraiment pas passé pour moi… Je ne poursuivrai donc pas cette saga

signature_02

1 réflexion au sujet de “|J’AI LU| Instinct, Tome 01”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s