Album/BD, LECTURES

|J’AI LU| Knock out!

knock_out

4e_couverture

Quand la haine engendre la mort, quelle place pour le pardon ?
Une ville, la nuit. Un homme est passé à tabac dans une ruelle par un groupe hurlant des insultes homophobes. Abandonné en sang dans le caniveau, il est abordé par une mystérieuse silhouette encapuchonnée, qui recueille sa confession.
Né en 1938 dans une île des Caraïbes, Emile Griffith émigre aux États-Unis après la Seconde Guerre mondiale, où, devenu modiste, il confectionne des chapeaux pour femme. Jusqu’au jour où son patron repère son impressionnante musculature, due à une jeunesse passée à trimer dans des exploitations agricoles, et le présente à un entraîneur de boxe. Doué, Emile va rapidement grimper les échelons, mais avec le succès viennent la jalousie et les injures contre ce boxeur qui préfère les hommes…
Le tragique destin du premier champion du monde de boxe homosexuel.


Un grand merci aux éditions Casterman pour cet envoi ! Ça me sort tout à fait de ma zone de confort mais c’était important. Je ne connaissais absolument pas Emile Griffith avant cette lecture. Faut dire que j’ai beau m’intéresser à une multitudes de sujets fort divers, la boxe n’en fait pas partie. Pourtant, après avoir lu le résumé, je savais qu’il fallait que je découvre son histoire…

Certains le savent déjà, je l’ai déjà mentionné, je fais partie de la communauté LGBTQ+. C’était donc assez prévisible que la quatrième de couverture m’interpelle. Je ne lis pas assez de livres engagés, à mon plus grand regret, c’était donc l’occasion. Et quelle claque. Le style est assez particulier, un peu brouillon quelque part. Cela accentue une dimension presque oppressante. Tellement qu’à plusieurs reprises, ça m’a saisi aux tripes…

Emile travaille comme chapelier mais son patron le présente à un entraîneur de boxe malgré sa réticence à débuter ce sport. Il se montre plus que doué et fait carrière là-dedans. C’est très clairement expliqué qu’il était loin d’être emballé à cette idée, il était davantage passionné par la confection de chapeaux… La BD couvre son histoire de ses premiers pas dans le milieu de la boxe à son décès. Une poignée de pages à la fin explique plus en détails certains aspects de sa vie, les réalités de l’époque également. C’était plus que bienvenu, j’étais assez contente de cet ajout.

Cette BD met en lumière plusieurs problématiques, encore bien trop actuelles d’ailleurs, telles que l’objectification des personnes de couleur ou le refoulement de sa propre identité sexuelle. Un événement dramatique a eu lieu durant la carrière d’Emile Griffith, quelque chose qui l’a changé drastiquement… J’ai eu l’impression de lire l’histoire d’un homme brisé, d’un homme qu’on n’a pas écouté, qu’on n’a pas pris au sérieux. Un homme dont la vie a été pensée par d’autres personnes sans réellement le prendre en considération.

À bien des égards, cet homme mérite d’être connu. Même si tu n’en as rien à caler de la boxe, il y a tristement bien des choses à retirer de son histoire…

signature_02

1 réflexion au sujet de “|J’AI LU| Knock out!”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s