Horreur, LECTURES, Young-adult

│J’AI LU│1, 2, 3, nous irons au bois

1_2_3_nous_irons_au_bois

/!\ titre à paraître le 1 juillet 2020 !

4e_couverture

Lassée par les révisions du bac, Fanny surfe sur les réseaux sociaux et tente sa chance pour participer au jeu Ne reviens pas  ! Sélectionnée, elle est convoquée avec neuf autres adolescents. On leur masque les yeux avant de les faire monter dans un fourgon et de leur expliquer l’objectif du jeu  : rester à l’intérieur d’une forêt isolée le plus longtemps possible, jusqu’à ce qu’il ne reste qu’un seul d’entre eux. Chacun pourra utiliser tous les moyens légaux pour pousser les autres à abandonner. Fanny s’inquiète, il n’y a pas de réseau et seulement neuf kits de survie ont été dissimulés dans la forêt. L’un des concurrents en sera donc dépourvu.
La nuit tombe, on dépose Fanny, seule, au milieu de nulle part. L’environnement obscur grouille de sons inquiétants. Il commence à pleuvoir. Le jeu peut commencer…


C’est un résumé fort alléchant que voici. Malheureusement.. le contenu ne fut pas exactement à la hauteur de mes espérances. Je remercie tout de même les éditions Rageot et la plateforme NetGalley pour m’avoir permis de lire ce livre !

Le résumé est plutôt complet et explicite. Fanny décide de s’inscrire à un jeu dont elle a vu la bande-annonce sur le net : Ne reviens pas! L’idée c’est de survivre à ses peurs, et ce, au beau milieu d’une forêt, sans aucun moyen de contacter l’extérieur et être le•a dernier•ère à y rester afin d’empocher une belle somme d’argent et de participer à la réalisation d’un film avec les images qu’il sera demandé aux participant•e•s de filmer durant le jeu. Pour Fanny qui adore se foutre des frissons, elle est carrément partante. Sauf que les concurrent•e•s se retrouvent au coeur d’un projet qui les dépasse. Lorsque la partie commence, tout se met à dérailler

Pour faire court, j’ai eu énormément de mal avec l’écriture, la plume de l’auteur et les personnages. Fatalement, ça a quelque peu entaché mon avis… Philip Le Roy se met à la place de ses protagonistes, alors âgés de 18 ans, et leur donne un discours assez informel, familier, ‘jeune’ quoi. C’est strictement subjectif, j’en conviens, mais je ne supporte pas ça. J’imagine que c’est dans la démarche de permettre au lecteur•rice de se sentir plus proche des héros, d’être inclus•e dans leur bande : pour ma part, ça m’a fait l’effet inverse. Je ne m’en suis sentie que davantage rejetée. Fanny, l’héroïne principale, m’a paru assez fade et inintéressante, typiquement le genre de fille qui m’insupporte… Ça commençait donc fort mal. Si tu te lances dans ce livre, tu comprendras que le choix de présenter des personnages relativement désagréables, voire antipathiques, n’est pas anodin. Il y a un but derrière la manœuvre mais ces révélations ne m’ont malheureusement pas permis d’apprécier cet effort. Évidemment, il a fallu qu’on propose une amourette qui s’installe plus rapidement que mon chien à la vue de sa bouffe. Fanny et un autre concurrent, Axel, s’aiment d’amour après…  27 secondes ? Certes, cette relation est nécessaire à l’intrigue, on le comprendra lors du final, mais un peu de suspens et d’attente n’auraient pas été superflus. Les autres participant•e•s ne remontent malheureusement pas le niveau, on ne les connait pas suffisamment que pour s’en faire une réelle opinion. Le peu qui nous est dépeint d’eux m’a suffit pour vouloir finir ma lecture au plus vite.

C’est assez dommage car l’idée de base reste vraiment sympa. Comme je le disais, le jeu n’est qu’un prétexte pour couvrir quelque chose de plus grand, grave et important. Je ne peux m’étendre sur le sujet sans spoiler littéralement toute la raison d’être du livre mais garde à l’esprit que ce (voire ces) rebondissement en particulier, tu ne le verras pas arriver. C’est juste regrettable que le scenario devienne plus dynamique seulement arrivée au 2/3 du livre. J’ai englouti les dernières pages, satisfaite de la tournure de l’histoire mais ça n’a pas suffit à faire passer le sentiment amère que m’a laissé le reste de la lecture. Surtout que je n’ai pas eu peur et c’était un peu ce que j’attendais. Il y a bien quelques éléments pour te coller deux ou trois frissons, mais rien de folichon…

J’ai du mal à me prononcer. C’est difficile de savoir si je peux réellement m’avancer à ne pas recommander ce livre car mon avis était biaisé d’entrée de jeu à cause du style de l’auteur. D’office si, comme moi, tu détestes quand les héros prennent un style trop familier pour parler : passe ton chemin. Pour les autres, si tu arrives à prendre ton mal en patience et attendre pour tomber sur des rebondissements fous, je pense que tu pourrais apprécier cette lecture ! Pour ma part, je suis vraiment passée à côté…

signature_02

8 réflexions au sujet de “│J’AI LU│1, 2, 3, nous irons au bois”

  1. Tu m’as tuée avec le coup de l’amourette plus rapide que ton chien 😂
    Sinon, je pense en effet passer mon chemin, car je ne supporte justement pas ce genre d’écriture qui soi disant « s’adapte » à un âge de personnage/lectorat particulier…

    J'aime

  2. J’ai beaucoup plus accroché que toi, sûrement parce que j’avais déjà lu de l’auteur Dans la maison, dans le même style avec des ado comme personnage et donc les mêmes ton et langage. Les ado ne sont pas forcément attachants c’est vrai, mais je me suis totalement immergée dans le récit à avoir « peur » avec eux de ce qui allait bien se passer.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s