LECTURES, Thriller

|J’AI LU| La Chaîne

la_chaine

4e_couverture

VICTIMES.  SURVIVANTS. RAVISSEURS. CRIMINELS.
VOUS SEREZ TOUT CELA À LA FOIS.

Le téléphone sonne. Un inconnu a  kidnappé votre enfant.
Pour qu’il soit libéré, vous devez enlever l’enfant de quelqu’un d’autre.
Votre enfant sera relâché quand les parents de votre victime auront à leur tour enlevé un enfant.
Si un chaînon manque : votre enfant sera tué.

VOUS FAITES DÉSORMAIS PARTIE DE LA CHAINE.
VOUS N’ÊTES PAS LES PREMIERS.
VOUS NE SEREZ CERTAINEMENT PAS LES DERNIERS.


J’avais désespérément envie d’un bon thriller et La Chaine semblait prêt à répondre à mes attentes. Le résumé dévoile une intrigue assez atypique qui avait tout pour me plaire. Verdict… C’est un gros « mouais » qui signe donc le début de cette chronique. J’en suis désolée, ce n’est pas encore aujourd’hui que je viens te recommander the thriller du feu de Dieu qui m’aura mis la tête à l’envers. J’en suis la première déçue, crois-moi.

Cela démarrait pourtant plus que bien. Le roman est découpé en deux parties et la première est parvenue à me séduire étonnamment rapidement. Rachel reçoit un appel plus que terrifiant : sa fille, dont j’ai oublié le prénom oups, a été kidnappée par un couple. Ils téléphonent donc à Rachel en lui expliquant ce beau bordel, l’histoire de la Chaîne, son but et comment survivre… La quatrième de couverture se montre suffisamment claire mais je vais quand même paraphraser tout ça, au cas-où tu ferais comme moi et nierais les résumés. L’idée c’est que ton enfant se fait enlever, jusque là c’est simple. Pas drôle, je suppose, mais simple. Les ravisseurs eux-mêmes ont leur enfant retenu ailleurs. Pour que leur enfant soit libéré, ils sont obligés de kidnapper ta chère progéniture et te demander de faire de même si tu souhaites qu’elle survive et toi aussi, d’ailleurs. La base. Et bim. L’histoire se répète indéfiniment. Quel passe-temps de rêve. Si tu refuses d’obéir bah… ton espérance de vie se verra donc être drôlement écourtée et puis, celle de ton gosse également. Si tu appelles la police, même sanction.

Rachel marche dans le ‘jeu’ assez vite, elle ne se pose pas trente-six mille questions avant d’agir. Ça nous permet de rentrer directement dans une espèce de frénésie terrifiante. Point bonus. L’ennui…? Quelque chose a créé de la distance. Je ne sais pas si c’est, justement, le fait qu’on rentre dans le bain en vingt-deux secondes virgule cinq ou si c’est dû à d’autres aspects de ma lecture sur lesquels je reviendrai plus bas. Dans tous les cas, c’est la principale difficulté que j’ai eu durant la première partie. Les personnages m’ont paru en retrait, bien que l’auteur s’étende sur leur histoire respective et s’assure de leur créer un certain background. Il m’a été ardu de juste les apprécier, au final. Ils n’étaient pas pour autant détestables mais je ne m’y suis pas attachée. J’ai encore bien du mal à déterminer la raison de ce fait mais c’est quelque chose qui revient hyper fréquemment dans mes lectures de thrillers. J’ai très souvent la sensation de pas vraiment calculer les protagonistes. Comme s’il manquait quelque chose pour les rendre authentiques. Ça n’a pas loupé avec La Chaîne et a malheureusement contribué au flop qu’a été la seconde partie…

Toute la dimension haletante que connaît la première partie, s’éteint à petit feu par la suite. Malgré le petit couac que je mentionne avant, l’intrigue en elle-même m’a réellement maintenue en haleine. L’auteur possède une plume assez piquante et intense. Un plaisir à lire. L’histoire enchaîne (j’suis satisfaite de mon choix de mot là) rebondissements sur rebondissements et se pare d’une efficacité redoutable. L’auteur sait comment amener tel ou tel effet chez son lectorat et nous en démontre une maîtrise parfaite durant toute la première partie. Puis vient la seconde partie… la flamme de mon enthousiasme s’est tristement éteinte. Je n’ai pas du tout été satisfaite de la tournure des évènements et des choix scénaristiques effectués. Je m’attendais à un énième catapultage renversant lors du dénouement mais que dalle, les monstres. L’auteur prend la décision de faire intervenir les responsables de la Chaîne en tant que narrateurs en nous dévoilant ainsi très rapidement leur identité. Pourquoi? Juste pourquoi? Ça a ruiné tout le potentiel explosif du livre. Je ne comprends réellement pas. Je passe déjà ma vie de lectrice à pester gentiment contre chaque thriller que je lis car j’arrive très souvent à dénouer tout toute seule, mais là, le travail était carrément pré-mâché. C’est une plaisanterie? Au-delà de ça, la seconde partie est d’une lenteur exaspérante. J’en suis même arrivée à me demander sa réelle utilité ? Il y avait tellement de possibilités… Je ne comprends pas. Je me répète mais ça me désole réellement.

C’est donc une lecture en littérale demi-teinte qu’en conclusion je ne parviens pas tellement à recommander. Je ne pense pas que le quasi sans-faute de la première partie suffise à équilibré le chaos long et lent de la suite. C’est vraiment dommage.

signature_02

2 réflexions au sujet de “|J’AI LU| La Chaîne”

  1. Je pensais adorer et malheureusement, ça a été un flop. Comme toi, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages (ce qui est moins rare pour moi avec les thrillers par rapport à toi apparemment), pire, je n’en avais rien a faire, le début est un peu trop rapide.
    Et passée la première partie, je me suis totalement désintéressée de l’histoire.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s