Jeunesse, LECTURES

| J’AI LU | Maman n’est pas une étoile

maman_etoile

4e_couverture

Cher journal, hier, j’ai vécu la pire journée de ma vie.

Moïra, treize ans, vient de perdre sa maman, décédée des suites d’un cancer. Comment continuer ? À quoi se raccrocher ? À son père ? À ses amis au collège ?
Et puis, une nuit, dans ses rêves… Smog apparaît. Un monstre ténébreux mais attachant, qui l’entraîne dans un monde irréel : le Royaume des Sept Contrées…
Commence alors un long voyage initiatique pour Moïra, qui lui permettra de faire son deuil d’une façon inattendue.


Je remercie tout plein les éditions Scrineo pour cet envoi ! Je n’étais pas certaine de le lire directement, le sujet résonnant un peu trop particulièrement pour moi en ces instants. Si tu connais le titre A Monster Calls par Patrick Ness, tu remarqueras vite plusieurs similitudes entre celui-ci et Maman n’est pas une étoile. Pour être honnête, A Monster Calls est l’un de mes livres préférés, lu à une époque où il faisait énormément de sens pour moi : il m’avait vrillé le coeur comme jaja. C’était donc assez difficile de le mettre totalement de côté durant cette lecture.

Moïra est une jeune adolescente qui vient de perdre sa maman, que le cancer a emporté. L’histoire s’articule autour des sept étapes que constituent un deuil. Smog, une créature onirique, lui apparaît régulièrement dans son sommeil pour l’accompagner à travers chaque épreuve. Je suis totalement séduite par l’idée de mêler le fantastique au réel face à des sujets aussi complexes que le deuil et la mort. Au final, les différentes étapes sont représentées par des voyages au sein des Sept Contrées. Pour avoir été confrontée au deuil quelques fois, je dois bien t’avouer que ces représentations n’ont pas toujours trouvé écho en moi, mais l’idée générale restait originale. Le cheminement de Moïra se fait dans la bienveillance et le texte est tout à fait à la portée des plus jeunes.

Malheureusement (ou heureusement, pour mon pauvre pitit coeur de beurre qui doit être ménagé), j’ai eu énormément de difficulté à m’attacher à Moïra. L’histoire ne tourne quasi exclusivement qu’autour d’elle, laissant de côté les personnages tels que son père, ses grands-parents ou même ses amis. En prenant en compte que le livre ne fait que deux cents pages et que l’on suit l’évolution de l’héroïne sur une année entière, ça laisse très peu de chances au lecteur de se rapprocher des personnages. L’impact des thèmes m’a du coup paru moins important. Ce n’est pas nécessairement un point négatif, dans le sens où cela permet de discuter de ces sujets tristes et graves en douceur. Cependant, cela confère également un aspect un peu trop ‘mode d’emploi’ au roman, surtout en étant témoin de certaines réactions de Moïra, qui semble parfois s’adapter à une situation en un claquement de doigts. Y a pas mal de passages qui manquent d’authenticité et d’émotion.

Je pense qu’il peut s’agir d’un doux accompagnement pour les enfants et adolescents faisant face à la perte d’un proche, l’avantage étant que le bouquin ne se complaît pas dans le pathos. Je regrette toutefois un peu plus d’équilibre entre volonté pédagogique et représentation plus brute du déroulement d’un deuil. Maman n’est pas une étoile donne l’impression de proposer une recette bienveillante qui permettra de faire face à cette situation, en oubliant que la réalité est un peu plus brutale et aléatoire que cela.

signature_02

3 réflexions au sujet de “| J’AI LU | Maman n’est pas une étoile”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s