FILMS

| J’AI VU | Avis de l’automne en vrac !

Petit monstre.

Cela fait déjà un moment que je te propose, à chaque nouvelle saison, un article rempli de mini-chroniques sur les livres lus mais pas chroniqués sur le blog (parce que pas assez de contenu à pondre à leur sujet, en général). J’ai eu l’idée de faire quelque chose de similaire pour les films et séries que je regarde, et dont je ne te parle pas plus en détails ! Concernant les séries, en théorie, je pense surtout te donner mes impressions sur les premières saisons uniquement, mais je peux changer d’avis d’ici-là ! Ici, je n’ai pas commencé et terminé de nouvelles séries depuis un bail donc je n’en ai pas à te présenter.

C’est parti…

Au menu

FILMS

i. Enola Holmes
ii. Jingle Jangle : A Christmas Journey
iii. To the bone
iv. La Colline a des yeux
v. Inception
vi. Dead Poets Society


(clique sur la template pour accéder à la fiche Cinenode)

enola_holmes

– ENOLA HOLMES –

Pfiou, il m’aura fallu plusieurs mini-séances de visionnage pour venir à bout de ce film. J’avais vraiment hâte de le découvrir, je suis directement hyper enthousiaste dés qu’on me sort quelque chose de l’univers Sherlock Holmes ! Quelle déception… J’avais déjà quelques petits a-priori à cause de la présence de Millie Boby Brown, dont je ne suis pas une grande fan. Je pense que je dois être la seule personne sur Terre à ne pas spécialement l’apprécier. J’aime beaucoup ce qu’elle propose dans Stranger Things mais je ne comprends pas toute la hype qu’il y a autour d’elle. Je ne trouve malheureusement pas sa prestation dans Enola Holmes particulièrement convaincante. Je pense que le choix de la faire s’adresser à son public tout au long du film joue pour beaucoup, c’est le genre de direction dont je ne raffole pas des masses. À mon sens, ça a tendance à alourdir la facture d’un film, et ça ne rate pas ici… C’est surtout Helena Bonham Carter qui m’a convaincue, comme d’habitude, même si elle est loin d’être omniprésente. Ses apparitions m’ont aidé à poursuivre l’aventure mais c’était loin de suffire pour me faire passer un moment ne serait-ce que passable. Dommage.

jingle_jangle

– JINGLE JANGLE : A CHRISTMAS JOURNEY –

Un film de Noël avec une représentation forte de personnes de couleur ? Sign me in. Quand j’ai vu apparaître cette suggestion sur mon compte Netflix, j’étais joie. L’univers Dickensian à lui tout seul aurait déjà suffi à me convaincre, mais le casting m’a carrément fait bondir de joie. Bon. Je n’étais pas exactement préparée à l’aspect comédie musicale de la chose (parce que je ne sais pas lire une fiche, hein, voilà)… C’est le seul tout petit point négatif de ce film, parfois il y a trop de chansons. Mais ma foi. S’il n’y a que ça à relever… J’ai retrouvé tous les aspects qui me plaisent dans un bon film de Noël familial, et même plus encore ! Je recommande.

to_the_bone

– TO THE BONE –

Je suis assez mitigée concernant ce film. Je n’en parle jamais sur ce blog (parce que je raconte déjà assez ma life, n’est-ce pas), mais j’ai été atteinte et suis toujours atteinte de TCA. J’avais eu vent de cette sortie et, à nouveau, parce que LILY COLLINS quoi, bah fallait que je me décide à regarder. Bon clairement, on part sur quelque chose de graphiquement parfois difficile à digérer quand on est concerné par la problématique. Y a un trigger warning au début, mais j’aime vivre dangereusement (ou stupidement, tout est relatif). Du coup… À la fois, j’apprécie qu’un sujet aussi peu connu et représenté que les TCA le soit ‘enfin‘. Mais… il y avait clairement moyen de faire plus juste. On est quand même sur un délire très romancé, hollywoodien et idéalisé de la chose. Alors non, l’anorexie n’est aucunement glorifiée, ne t’inquiète pas pour ça. Disons plus que la réalité c’est plus délicat que ça. L’héroïne possède les moyens de tester toutes sortes d’aides possibles, moyens autant financiers que familiaux. Alors certes, ladite famille est problématique à plus d’une échelle mais il en résulte tout de même qu’elle est plus ou moins là, présente financièrement et moralement pour certains. Tout le monde n’a pas ça. Quid de la population qui n’a pas les ressources pour accéder à un suivi thérapeutique ? La thérapie ultime que suit l’héroïne est présentée comme « sa dernière chance », presque… super pour quelqu’un atteint de TCA d’apprendre que, d’après ce film, vu qu’iel n’a pas les moyen de s’offrir ce type de soins, iel est probablement condamné.e, n’est-ce pas ? Sans oublier les commentaires parfois hyper douteux et fatalistes du spécialiste que consulte Ellen… Ou l‘absence de diversité en matière de représentations (autant des personnes que des troubles : non, les TCA ce n’est pas que l’anorexie et non, y a pas que les Blancs qui en souffrent). En gros, l’intention était clairement bonne mais la réalisation est loin d’être optimale

-.;

colline_a_yeux

– LA COLLINE A DES YEUX –

Bonjour, ce film est un condensé de clichés du genre horrifique. Alors, OUI, je sais, c’est un classique. C’est bien pour ça que je l’avais mis dans ma pile à voir… Pour le coup, je comprends bien pourquoi il faut l’avoir vu au moins une fois. Je ne l’ai pas trouvé d’une qualité folle dans le sens où il répondait bien trop à des stéréotypes de l’horreur. Je crois que le coup fatal a été quand j’ai réalisé que les représentations féminines ne servaient que pour la déco, pour se faire tuer en premier, pour se faire violer et pour hurler. Faudrait pas qu’elles disent quelque chose d’intelligent ou qu’elles soient en fait utile à l’intrigue, ce serait pas drôle. Déjà ça, c’était mort pour moi. Cette réalisation philosophique ayant eu lieu très vite pendant le film, j’ai décidé tout aussi rapidement que j’allais le visionner dans l’optique de déceler tous les codes usés jusqu’à la moelle du cinéma d’horreur. Au final, le film s’avère un exercice intéressant !

inception

INCEPTION

Oui. Je n’avais jamais vu ce film avant. Il me faisait peur, ok? Dans le genre, « je sais que c’est un classique du cinéma qui retourne la tête, comment je fais pour le regarder dans les bonnes conditions pour pas passer à côté » ? C’est littéralement la raison pour laquelle j’ai zéro culture cinématographique. Yep. Ma vie est tragique, je sais. Bon. Bah. J’ai envie de le revoir. Et le revoir. Et le revoir. Et le … J’ai réussi, par je ne sais quel miracle, à ne pas me déconcentrer une seule seconde tellement c’était captivant du début à la fin. C’est un véritable exercice pour le cerveau et j’ai adoré ça. Je suis hyper contente que ma meilleure amie m’ait incité (en me frappant jusqu’à ce que j’accepte, mais je crois que je ne pouvais pas le dire) à le voir (je rigole, elle est pas aussi diabolique, elle m’a juste frappée une fois) (ou deux).

dead_poets_society

– DEAD POETS SOCIETY –

AGAIN, un classique. Oui, lui aussi me filait les chocottes. En plus, les films un peu âgés, j’ai souvent du mal, je ne sais pas pourquoi. Mais là, on part sur un life-changer. Ce film, ses idées, ce qu’il véhicule du début à la fin : juste merci. Merci à ceux qui ont rendu possible son existence, merci à Robin Williams pour une énième performance excellente. Je ne sais même pas quoi dire tellement c’est une pépite…


J’espère que ce format t’aura plu ! Il y a des saisons qui risquent d’être plus ou moins remplies que d’autres. Ça dépend vraiment de mon mood, parfois je consomme une quantité terrible de films ou séries, puis d’autre moment où je ne fais que re-revoir à la chaîne des trucs déjà vus cent fois. Aussi, cela dépend de ce que je chronique en long et en large sur le blog. J’ai tendance à plus systématiquement faire des articles entiers pour un seul livre, mais c’est moins automatique pour les films. Je ne me sens toujours pas légitime à en parler ici, du coup, j’ai tendance à m’abstenir… Peut-être que ce format mini-chroniques m’aidera à prendre confiance, qui sait !

J’en profite aussi pour te souhaiter de bonnes fêtes, petit monstre, car je ne publierai rien d’ici la semaine prochaine. Et si tu ne fêtes rien pour x raison, je te souhaite juste plein d’amour et t’envoie un maximum de bonnes ondes.

signature_02

7 réflexions au sujet de “| J’AI VU | Avis de l’automne en vrac !”

  1. Je n’ai pas du tout aimé La colline a des yeux non plus. Je ne suis pas très films d’horreur et là, c’est un condensé de tout ce que je déteste dans les films d’horreur. Le genre de films dont je ne vois pas l’intérêt (même si je sais que c’est un classique du genre).
    Enola Holmes m’a fait passer un bon moment. Pas inoubliable, mais pas désagréable pour autant.
    En revanche, j’aime beaucoup Inception (par contre, j’ai vraiment eu beaucoup de mal avec Tenet que j’ai trouvé poussif) et Le cercle des poètes disparus est clairement l’un de mes films préférés. Ce film est tellement génial, incroyable, juste, puissant… Bref. J’adore.
    Et j’aime beaucoup ce format, donc fais-toi plaisir !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s