Review > À ma vie à ta mort

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Cover A ma vie a ta mort

 

• Titre : A ma vie à ta mort
• Auteur : Sandra Triname
• Edition : Plume Blanche
• Lu en : Format numérique
• Parution originale : Mars 2017
Prix Amazon : Format papier broché ; 21.90eur / Format numérique ; 7.99eur
• Cotation : 12/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Recouvert de symboles grecs faisant référence à Hadès, un corps mutilé et désormais inidentifiable, est retrouvé dans une cave à New York.
Jeune flic fraichement sorti de l’école de police, Mike Sullivan se retrouve chargé de cette affaire qui le mènera jusqu’au pied du World Trade Center,
ce terrible jour du 11 septembre 2001.
Une fois son bras vengeur lancé et bien que la faucheuse soit belle à couper le souffle, rien ne peut la stopper.
Instrument du Destin ou de la Mort elle-même, il devra résoudre cette affaire en empruntant des sentiers dont personne ne revient jamais.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

what the hell simon.gif

Ceci est moi.
Durant la totalité du livre.

J’y ai vraiment mis toute la bonne volonté du monde, surtout que les Editions Plume Blanche c’est un peu mes éditions coup de coeur, mais y a vraiment un truc qui a coincé ici.

Je les remercie tout de même pour ce service-presse, toujours à l’occasion de leur big SP SummerTime, et je t’explique de suite ce qui m’a posé problème.

Le point négatif principal c’est vraiment le côté chaotique du déroulement de l’intrigue.
Pourtant, ça partait vraiment VRAIMENT bien.
Le prologue nous donne directement une scène bien spéciale comme il faut, torture tout ça tout ça, mais je te rassure rien qui va te donner envie de vomir tes tripes non plus.
S’en suit alors le début d’une enquête, enquête sur la femme du prologue qui est donc retrouvée sympathiquement décorée au fer rouge, mutilée de signes mythologiques.
BREF. Tout ça promettait du lourd et j’étais réellement happée par ce démarrage.
D’autant plus que l’inspecteur correspond exactement au cliché du policier-ours-mal-léché beaucoup trop rustre mais perso je ne m’en lasse pas!

Puis là, MALHEUR! TRAGÉDIE!

Nooo jessica lange.gif

L’anarchie commence.

Premier élément à me faire tiquer : pourquoi absolument faire intervenir l’attentat de 2001 comme élément déclencheur pour amorcer la suite des événements?
C’est pas une mauvaise idée en soit mais ça n’a aucune réelle utilité… On ne revient jamais là-dessus plus tard donc on aurait tout aussi bien pu prendre autre chose comme déclic. Ce n’est pas quelque chose de profondément dérangeant mais ça me laissait perplexe, un peu (j’suis vite perturbée, pas ma faute…)

Au même moment interviennent de nouvelles têtes. On passe d’une enquête tripante à .. bah on ne sait pas trop à quoi en fait? Bon, évidemment, on est pas carrément dans le flou, n’exagérons rien. Nous sommes en fait aux côtés des faucheurs.euses, qui font leur boulot (attentat… morts, y a de quoi faire).
Et à partir de là, ça se complique vachement.

Entre les personnages à retenir (et pourtant j’en lis des bouquins avec des millions de personnages dedans), les personnages qui sont nommés de deux façons différentes mais que t’es pas trop sûre que ça fait référence au même mec/fille mais qu’en fait on te confirme aux 80% du livre que oui, des personnages différents qui portent le même nom (bon ça arrive qu’une fois heureusement), puis les changements spatiotemporels entre l’intrigue des faucheurs et l’intrigue de la police terrienne, et enfin les deux intrigues qui se recoupent. BEAUCOUP BEAUCOUP trop d’informations à digérer. Sans compter tout ce que je n’explicite pas vraiment ici pour ne pas gâcher la découverte aux futurs lecteurs.
L’auteur part vraiment dans tous les sens, c’en est limite abracadabrant.
ALORS, il faut reconnaître que c’est foutrement bien trouvé, là pour le coup l’imagination rien à redire.
Mais au niveau de la construction et du déroulement quelque chose lui échappe et tout ce petit monde bien complexe en devient trop complexe.

J’ai vraiment eu l’impression d’une auteur qui a manqué de temps? Je ne sais pas. Comme si elle avait eu une idée tellement lumineuse qu’elle s’était dépêchée de vite coucher tout sur papier sans y revenir avec un oeil reposé et le retravailler.
Encore une fois, je trouve l’intrigue vraiment ingénieuse mais y a un terrible manque de relecture derrière. Ce qui m’amène à dire que même niveau orthographe ce n’était pas suffisamment bien retravaillé non plus. Des fautes vraiment basiques telle que « en bon thermes », ça passe difficilement ou encore des nombreuses fautes d’accord sur les participes passés.

Il y a clairement du potentiel, mais peut-être en ayant fait abstraction de certains petits trucs dans le jet final j’aurais plus accroché. Y a vraiment trop de trucs, et trop de trucs pas suffisamment bien liés entre eux à mon goût. Le scenario a besoin d’être allégé, vraiment.

Je ne te dirai pas de l’oublier à tout prix si tu comptais te lancer dedans mais je te dirai de bien prendre ton temps, d’être ABSOLUMENT disponible mentalement. Après en avoir parlé avec d’autres lecteurs, en effet, tout le monde s’accorde à dire que c’est complexe MAIS si tu le lis en étant concentré c’est déjà beaucoup plus sympathique et fluide. Etant en examens, c’est clair que ce n’est pas le moment approprié pour une lecture qui demande tant de concentration et en plus si, comme moi, tu viens d’une période avec de très très bonnes lectures tu ne sauras peut-être pas apprécier celle-ci comme il est possible de le faire. En effet, en juillet j’ai eu un mois excellent niveau lecture, surtout dans mes découvertes Plume Blanche et j’en attendais sûrement un peu trop, j’étais pas prête à moins aimer un de leurs romans (et ça me fait trop de mal d’écrire ça huhu).

Review > Autre Monde T1 L’alliance des Trois

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre de la Saga : Autre Monde

Titre du Tome I : L’alliance des Trois

Auteur : Maxime Chattam

Edition : Albin Michel

Date de parution : Novembre 2008

Lu en : Format papier broché

Prix Amazon : Format papier broché ; 20.90eur / Format papier poche ; 7.60eur / Format numérique ; 9.99eur

Cotation : 16/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Personne ne l’a vue venir.
La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies…
Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la Terre n’était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser.
Pour comprendre.
Pour survivre…
A cet Autre Monde.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

La Saga Autre Monde fait beaucoup de bruit pour le moment. Je l’ai vue apparaître à plusieurs reprises sur Bookstagram et dans les chroniques des blogs que je suis.

Je ne m’étais pas vraiment penchée sur l’engouement général qu’il générait mais on connait à présent ma petite bibliothèque de village qui propose à tout casser une nouveauté par an, du coup en fouillant dans les trucs un peu plus anciens j’ai vu qu’elle possédait la saga entière!
Alors ; Why not? Après tout, s’il revient en force ces temps-ci ça doit être pour une bonne raison et je voulais vérifier par moi-même!

Ce livre possède indéniablement un bon potentiel mais… j’ai tout de même eu quelques problèmes même si j’ai vraiment aimé la lecture.

Tout d’abord, l’histoire ressemble à s’y méprendre avec une autre saga que j’ai lue. Il s’agit de Gone par Michael Grant. Je n’ai pas la date exacte de sortie de Gone mais je sais qu’ils sont sortis tous les deux en 2008. Donc du coup pour le côté découverte d’une histoire originale on repassera…
Entre l’affaire des adultes qui disparaissent, les dégénérescences/mutations, les gosses qui se regroupent en communauté et un truc bizarre méchant mystérieux sur lequel on a pas trop d’infos… Voilà, j’ai eu un remake de Gone.

Yeah great

Mais attends!
Pars pas tout de suite…

Une fois passée la frustration d’avoir encore affaire à une énième histoire qui suit cette idée on en vient à apprécier les subtilités propres à Chattam.

Je n’ai jamais lu de ses livres avant celui-ci mais j’ai été doucement convaincue par sa plume. Il est très doué pour transmettre de la vie à son histoire. Je me sentais très proche des protagonistes et de l’environnement nouveau dans lequel ils évoluaient. Il dose très bien ses phrases, jouant très bien avec le suspense et les retournements de situations sans trop en faire non plus. Parfois, les auteurs ont tendance à vouloir enchaîner les rebondissements, ne laissant que très peu de répit à son lecteur qui, au final, en vient à se questionner sur ce qu’il vient de lire et son attachement à l’histoire. Des fois ce fonctionnement marche très bien mais souvent il laisse un goût de trop peu surtout concernant le développement de la complexité des personnages et du contexte.
Dans un livre comme l’Alliance des Trois, c’est plus que nécessaire de prendre un moment entre chaque situation pour faire le point et redéfinir tranquillement le décor sans non plus perdre son lecteur avec des explications à rallonge. Chattam maîtrise cela à la perfection et c’était donc un pur bonheur de faire défiler les pages!

Ron reading.gif
C’était littéralement moi pendant les 200 dernières pages.

Les personnages sont tous intéressants et surprenants dans leur évolution.
Ce livre est basé sur la théorie selon laquelle la Terre, semblable à un être vivant, se serait débarrassée des individus qu’elle aurait jugés problématiques… Donc, tu as compris : Les Hommes. Tous les problèmes environnementaux vont leurs revenir à la figure, voire pire encore. Les humains restants se rendent compte de ce que cela implique, que tout a changé et que la Terre a défini de nouveaux paramètres pour chaque être vivant. La plupart des humains comprennent vite qu’ils incarnent l’espoir d’une civilisation bah.. civilisée en fait, qui ne causerait pas de tort à sa planète ni à son prochain. Toutefois, cette prise de conscience s’accompagne de quelques problèmes. Tous ne sont pas arrivés aux mêmes conclusions et donc confronteront les gentils humains (les gentils, les méchants, ma chronique est définitivement complexe hein dis) à des sombres côtés de leur personnalité qu’ils espéraient avoir éteints… mais qui feront leur apparition quand la question de la survie sera de mise. Ca nous laisse penser que dans les prochains tomes ces questions existentielles seront d’autant plus développées : comment se débrouiller dans un monde hostile en gardant son humanité?

Let's go kill them.gif

L’histoire aborde des thématiques vues et revues, on est d’accord, mais le scénario reste vachement bien mené. Et puis un livre de plus pour dénoncer le poison que nous sommes pour notre Terre, ça fait pas de mal! L’écriture de Chattam y étant pour beaucoup, le rythme est toujours plaisant, on ne s’ennuie jamais! De même que, comme mentionné précédemment, certains revirements de situation sont plutôt sympas à découvrir. On pense à tort que l’auteur ne nous surprend pas, on s’attend à la moitié de ce qu’il développe mais ce n’est pas du tout ça, il nous trompe vraiment!

Pour ceux qui sont blasés du choix éternel des thèmes « mutants-plus de parents-tout seul les enfants-univers pas content », je ne vous dirai pas de passer votre chemin… Je pense au contraire que ce livre a quelque chose de plus à apporter à ces thématiques! Je poursuivrai la saga avec plaisir!

Review > Les Autres T1 Le Survivant

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre de la Saga: Les Autres

Titre du Tome I: Le Survivant

Auteur: Sandra Moyon

Edition: Plume Blanche

Date de parution: Septembre 2017

Lu en: Format numérique

Cotation: 18/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35Parqués entre des murs et des clôtures, les Hommes survivent comme ils le peuvent. Arrivés en bas de la chaîne alimentaire, ils sont épargnés grâce à l’Accord : tous les trimestres, des fourgons d’êtres humains sont offerts aux Autres afin de les nourrir. Mais comment choisir qui doit vivre et qui doit mourir.
La règle est pourtant simple : seuls les délinquants sont envoyés de l’autre côté du mur, dans la Fosse.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

Il était une fois, les Editions Plume Blanche, qui eurent une idée merveilleuse… Un méga service-presse de la mort qui tue pour l’été 2017.
Pas une, pas deux, je participe!
Résultat, je repars avec « Les Autres » et un autre livre que je garde secret pour le moment (suspenseee… ou pas).

Je ne les remercierai jamais assez pour cet (ces) envoi(s).

Tout simplement car je suis tombée d’amour pour ce bouquin.

I just love that

Dans ce livre tout est délicieusement paradoxal.
Le rythme est lent mais prenant. L’écriture est simple mais recherchée. Les personnages sont parfois ignobles parfois terriblement attachants. Mais l’histoire… du début à la fin, tu sais que tu vas te retrouver avec un coup de coeur sur les bras!

Au départ, j’étais quelque peu méfiante…
Je ne voyais pas le lien avec le résumé et je m’attendais à un livre blabla plat et sans vie.

QUE NENI.

L’auteur s’amuse vraiment avec nous.
L’atmosphère est constamment inquiétante et s’en suivent des évènements qu’on attend, pour ainsi dire, jamais!
Soen, le personnage principal (auquel tu finiras très attaché, je te le jure) vit dans un monde qui n’a rien du notre. La société des humains n’existe encore que grâce à un Accord entre eux-mêmes et les Autres, puis surtout grâce à un Mur qui les sépare. Mais qui sont-ils, que veulent-ils et comment se passe la vie dans cette prison?

Durant toute l’histoire, on se demande exactement ce qu’il ressort de cette menace. Elle plane, sans cesse, au dessus de nos têtes, lecteurs comme protagonistes sans jamais être explicitée. De quoi nous rendre fous! On mentionne bien quelques fois la présence des Autres, d’une Fosse, du fait que la vie est impossible au-delà du Mur, que le danger est omniprésent la nuit après le couvre-feu. On en vient à se dire que ce n’est pas si important au final car il ne se passe rien!
ERREUR.
Quand tu ne t’y attends pas, les voilà qui débarquent et l’histoire prend une toute autre tournure.

Tu penses déjà que ce livre n’est pas fait pour toi s’il faut attendre aussi longtemps pour que ça déménage… Je te reprends tout de suite! Les toutes premières pages plantent un décor peu glorieux pour notre Soen. Son contexte familial est peu enviable (je t’assure, j’échangerai ma place pour rien au monde avec lui). Si ses plaintes peuvent en énerver certains, son histoire n’en est pas moins touchante. Il attire indéniablement la sympathie. Je m’énerve facilement face à des personnages qui passent leur temps à geindre mais ici, tu en apprends tellement des horreurs sur sa vie que tu le définiras comme quelqu’un de courageux, altruiste et loyal. Ses plaintes sont au final peu nombreuses, il fait surtout mention de son vécu mais apparaît au fil des pages un côté plus déterminé de sa personnalité! C’est un plaisir de vivre l’histoire à ses côtés.

En plus, l’auteur ne le ménage pas le héro! Il s’en prend vraiment plein la tronche durant tout le livre! L’histoire nous renvoie une véritable torture psychologique mais aussi des rebondissements inopinés, du coup le suspense est plus que présent! Quand tu commences à comprendre le fonctionnement de l’auteur, tu en viens à redouter chaque événement : tu te demandes comment ça va tourner, si la chance va lui sourire enfin à Soen ou s’il va continuer à ramasser, tu ne sais jamais à quoi t’attendre!

Le final m’a laissée bouche-bée. A la limite du gros cliffhanger qui te pousse à haïr l’auteur de toutes tes forces pour devoir attendre 2018 pour la suite. C’est là, là, que tu sais que tu viens de lire une perle. Un livre qui t’a maintenu en haleine durant plusieurs heures et dont tu n’as pas assez. Il n’y a pas assez de Soen, pas assez des Autres, pas assez de réponses, tout vient de commencer et tout s’arrête. C’est injuste. Pourquoi?? Je hais et j’adore qu’on me fasse ça.

I wanna punch your face.gif

L’intrigue possède cependant des zones d’ombre. Néanmoins, j’en suis plutôt ravie. Nous avons peu d’informations précises sur la société et surtout les fameux Autres. Il y a une réappropriation certaine de plusieurs mythes fantastiques mais qui m’a l’air beaucoup plus complexe que cela. Il n’y a aucun doute que le second Tome répondra à toutes nos questions, c’est un peu ce que le final nous annonce! Ce premier livre sert vraiment d’introduction et nous avons ainsi l’occasion de nous familiariser avec Soen et nous y attacher pour mieux pouvoir vivre le gros bordel qui s’annonce ensuite!

Pour finir avec quelques mots sur la plume de l’auteur, je me contenterai de dire qu’elle est efficace, douce, presque poétique sans jamais virer dans le mélo-drame (ce qui serait presque prévisible vu le ton du livre). Sandra Moyon nous apprend à aimer un personnage vulnérable et original dont l’évolution plaît énormément.

Il vous faudra patienter jusqu’à la rentrée pour dévorer cette perle!

Review > Les Ombres, les Observateurs

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre de la Saga : Les Ombres

Titre du Tome I : Les Observateurs

Auteur: Eve Ruby Lenn

Editions : Librinova

Lu en: Format numérique

Date de parution originale : Mai 2017

Prix Amazon format broché : 16.50
Prix Amazon format numérique : 3.99

Cotation : 17/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Le célèbre historien-enquêteur Wilson Grant se retrouve embarqué malgré lui, dans des circonstances mystérieuses, à Chester, ville du Cheshire, en Angleterre. Seul et perdu, il est accueilli par une singulière famille dont la demeure semble abriter de nombreux secrets.
Bientôt, des incidents surviennent et se multiplient. Les langues se délient, les découvertes se font jour quant aux mystérieux hôtes de la propriété des Ombres, tandis que resurgissent d’anciennes superstitions.
Wilson s’enlise dans une des plus obscures et intrigantes énigmes qui lui soit offerte. Face à d’incroyables révélations, il va devoir se plonger dans une enquête qui l’obligera à affronter les instincts humains les plus sombres…

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

First of all : Je remercie vraiment NetGalley et les Editions Librinova pour ce service-presse.

A la lecture du résumé, j’étais réellement emballée. Un soupçon d’horreur, des énigmes, des apparitions paranormales tout ça me donnait l’impression de cacher quelque chose de grandiose.

Et ce fut le cas.

Yes!

Tout d’abord, il FAUT que je vous parle de l’ambiance, l’atmosphère dans laquelle nous plonge le livre.
Tout se passe en Angleterre, dans les vertes campagnes, la nuit, la brume, la forêt…
Tu vois où je veux en venir?
Non?
Disons que je voue un culte à la campagne anglaise, je trouve qu’il s’en dégage un charme incroyable et j’ai toujours, en voyant des films à thème un peu obscur/fantastique, eu ce mystérieux ressenti vraiment propre à cette ambiance…
Un peu ce que tu ressentirais seul, dans la brume, du tonnerre au loin, un paysage presque marécageux puis au loin une maison perdue au milieu de nulle part, faiblement éclairée par une vieille lanterne. L’ambiance propre à la période d’Halloween aussi… Ce qui se dégage des films de Burton. Bref! Les deux seuls livres à m’avoir fait ressentir cela ont été Harry Potter (of course muggle) et la Saga de l’Epouvanteur.
Je n’avais jamais ressenti quelque chose de similaire avec d’autres livres.
Avant Les Ombres.
L’auteur possède un réel talent pour rendre vivant son décor. Ses mots transpirent l’ambiance magique et mystérieuse des campagnes d’Angleterre. Peut-être que certains trouveront cela cliché, en fait. Après tout, un manoir reculé, des rumeurs abracadabrantes, des silhouettes inquiétantes la nuit. Tout prédestinait l’histoire à être dans un tel décor. Mais je peux t’assurer que l’auteur ne donne absolument pas une impression de déjà-vu. Son écrit est tellement réussi que tu ne peux pas te sentir blasé.

Hogwarts.gif

En parlant de sa plume… J’avais quelques réserves en débutant ce livre. Souvent, face à des histoires situées dans des époques telles que le début du 20è siècle, je trouve que les auteurs prennent automatiquement un ton assez (trop) sophistiqué, soutenu. Au final, ça arrache tout le charme de la lecture en rendant le tout tellement lourd…
Mais au fil des pages, je fus agréablement surprise de constater que l’auteur maîtrisait parfaitement son texte et jamais ne le rendait agaçant.
L’écriture est légère, en étant recherchée, le parfait combo!

L’histoire n’est pas spécialement riche en gros rebondissements car c’est plus subtil que cela. Nous sommes plus plongés dans l’attente des révélations et pas dans l’aventure pure et simple.
Le livre est donc particulièrement riche en suspense et j’ai d’ailleurs trouvé qu’on avait des réponses un peu trop vite, j’aurais aimé que l’auteur nous fasse plus mariner que cela. Bien que, de cette façon elle ne perd pas son lecteur avec du blabla inutile pendant 1000 pages. C’est assez bien dosé au final mais voilà, j’aime le supplice de l’attente des découvertes de mystères…

Les personnages sont tous très attachants. Je regrette que la chienne Natsu n’ait pas été plus présente (dans la vie comme dans les livres quand je vois un chien c’est foutu), elle ne sert presqu’à rien mais bon, chieeeeen…
Le personnage principal, Wilson, est un vieux monsieur très attachant, son ouverture d’esprit m’a beaucoup plu ainsi que son rapport aux autres. Cependant, j’ai du mal à cerner si son intérêt pour les gens est véritablement sincère ou si c’est surtout une habitude du vieux chroniqueur/journaliste qu’il est…
Les deux frères du manoir isolé sont très intriguants et je remercie l’auteur de ne pas avoir cédé à la tentation de nous délivrer trop d’informations sur eux dès le départ car là, pour le coup, j’ai été servie on apprend presque tout durant les derniers chapitres! Elle réussit à faire planer le doute jusqu’au bout, c’est fabuleux!
A de maintes reprises j’ai hésité sur la confiance qu’on pouvait avoir en eux et j’avoue que je ne suis pas encore totalement convaincue, je reste persuadée qu’il y a un truc qu’on ne nous dit pas…

Suspicious

Le livre n’est vraiment pas effrayant donc ne t’attend pas à frémir de peur toutes les 10 pages.
L’ambiance joue bien sur notre ressenti mais ce n’est pas inquiétant outre mesure.
C’est un livre assez calme mais qui se lit incroyablement vite.

Je te conseille vivement de te plonger dedans!

Review > Saga Oniria

 

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre de la Saga : Oniria

Titre des différents Tomes : 1. Le Royaume des Rêves
2. Le disparu d’Oza-Gora
3. La Guerre des Cauchemars
4. Le réveil des fées

Auteur : B.F Parry

Edition : Hachette Roman

Prix Amazon : 16.50eur par livre en format broché

Cotation premier Tome : 17/20
Cotation deuxième Tome : 16/20
Cotation troisième Tome : 17/20
Cotation quatrième Tome : 16/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

RÉSUMÉ DU PREMIER TOME

Il existe un monde dont personne ne soupçonne l’existence.
Un pays où chacun de nous se rend pourtant chaque nuit.
Un univers où tout est possible.
Oniria, le Royaume des Rêves.
Seul un Envoyé venu du monde des humains peut sauver Oniria des troubles qui le menacent.
Il s’appelle Eliott. Et il a douze ans.

RÉSUMÉ DU DEUXIÈME TOME

Accompagné de ses fidèles amis Katsia et Farjo, Eliott atteint la mystérieuse Oza-Gora oùvit l’homme qui porte tous ses espoirs : le Marchand de Sable.
Celui-ci révèle à Eliott l’origine du songe mortel dans lequel son père est plongé depuis des mois.
Mais pour libérer son père, le jeune garçon doit poursuivre sa quête à travers Oniria.
Sa mission est d’autant plus périlleuse qu’elle se déroule sur fond d’une terrible révolution des cauchemars.
A la tête de cette révolte se dresse la Bête, qui maintient prisonnière Aanor, et qui fomente à son égard des projets machiavéliques…

RÉSUMÉ DU TROISIÈME TOME

La guerre fait rage entre le Royaume des Rêves et la Nouvelle République Cauchemar.
Mettant Oniria à feu et à sang…
Par ricochet, l’imagination des Terriens s’en trouve tétanisée.
Eliott, Katsia et leurs amis essaient tant bien que mal de mener leur mission au milieu de ce chaos.
Mais mensonges et trahisons ébranlent bientôt leurs convictions les plus profondes.
Le groupe des rebelles parviendra-t-il à conserver l’unité dont il a besoin pour sauver le père d’Eliott et ramener la paix à Oniria?

RÉSUMÉ DU DERNIER TOME

La situation d’Eliott semble désespérée.
L’équipe des rebelles a volé en éclats.
Katsia est passée dans le camp ennemi et l’esprit du jeune terrien est coincé à Oniria.
Le seul endroit où il est encore en sécurité est Oza-Gora.
Mais la ville du Sable est à son tour menacée par la folle ambition de la Bête et de ses cauchemars.
Le sort d’Eliott est plus que jamais lié à celui du monde des rêves : il va devoir prendre les décisions les plus difficiles de sa vie, et de ses choix dépendra le salut d’Oniria

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

Certains le savent déjà mais j’adore lire des romans jeunesses!
Au fond je suis encore une grande enfant mais je les trouve souvent riches de créativité et d’imagination.

La Saga Oniria n’échappe pas à cette règle.

Sitôt que je l’ai aperçue sur l’étagère des nouveautés de ma petite bibliothèque de village (et il faut l’avouer les nouveautés y sont TRÈS rares!), il fallait que je les emprunte!
Malheureusement, il n’y avait que le Tome 1, 3 et 4. Pas le 2. C’est pratique ça…
Il a fallu des mois pour que je puisse lire la Saga en entière et encore plus pour pouvoir récupérer les 4 livres à la fois pour pouvoir faire la photo de l’article! (Tu n’imagines pas tout ce que je dois faire pour ce blog misère)

Le premier Tome était fabuleux.
Il m’a fait rêvé *LOL* tout du long. (that humour)
L’auteur fait preuve d’une inventivité à toute épreuve, c’est à se demander comment se fait-il que personne n’a eu toutes ces idées bien avant tellement tout coule de source!
Cela paraîtrait pour peu bien réel, vraiment, lis ce livre et tu verras que toi-même tu as sûrement déjà eu des théories similaires sur les rêves et le sommeil! Tous ceux qui ont déjà expérimenté le rêve lucide (késako?) s’identifieront sans peine à cet univers.
Eliott est plutôt attachant, on ne le fait pas passer pour beaucoup trop mature pour son âge ni trop gamin, il y a un juste milieu qui pèse favorablement sur l’attachement qu’on peut lui porter.
Tous ceux qui ont eu ou ont actuellement une belle-mère qu’ils portent en horreur vont être ravis de voir que le petit Eliott s’en farcit une aussi et elle est absolument détestable. Plus les Tomes avancent, pire c’est, mmmmh, joie.
Il y a aussi les deux petites soeurs, dont on entend pas trop parler et surtout la fameuse Mamilou. C’est vraiment la grand-mère cliché mais qui fait tellement bon au petit coeur!
Bien sûr, il y a aussi tous les personnages rencontrés dans le Royaume des Rêves mais je ne vais pas m’attarder dessus (tu comprendras en poursuivant cet avis et en plus je trouve qu’ils font partie intégrante de la découverte du livre que chacun doit faire personnellement).

Un premier Tome sert à ça : planter le décor!
Et c’est merveilleux à lire, je trouve même ça dommage qu’on perde un peu cette notion de fraiche découverte quand on avance dans l’histoire et pire, dans les livres suivants.
Tu y découvriras des fontaines de chocolats (note comme j’ai retenu ça principalement, moi grosse bouffe? Noooooon), des paysages enchanteurs, des maisons plus farfelues les unes que les autres et c’est génial d’essayer de se représenter tout ça.

C’est dans le deuxième Tome que l’action prend place et que ça bouge vraiment (mais c’est pas pour autant que le premier est ennuyant loin de là!!) par contre je trouve que les troisièmes et quatrièmes Tomes font traîner un peu l’histoire en longueur.
Une trilogie m’aurait semblé plus approprié!
Heureusement l’action est vraiment toujours présente et on ne s’ennuie pas. C’est en prenant du recul que je me rends compte que plusieurs passages remplissent plus les trous qu’autres choses et ne sont pas essentiels à mon sens (et en plus j’aime pas attendre 6 siècles pour le dénouement de l’histoire et après 3 bouquins j’aurai bien voulu qu’on sauve le père d’Eliott non mais!)

Tout est présent dans l’histoire, des amitiés fortes, des grosses trahisons, du chocolat (bah quoi? Non? Bon ok…), des tragédies qui te font vider toutes les larmes de ton corps (Coucou fin du Tome 3), de l’aventure à souhait et de la magieeeeee. Que demander de plus?

Le seul petit reproche que j’aurai à faire est que j’ai l’impression de ne pas avoir appris à connaître la plupart des personnages, même les principaux. A part Eliott, on parle de machin de chose de bidule mais on sait que dalle et c’est dommage, on ne sait du coup pas se lier à eux… Certains sont touchants de par leur caractère donc ça permet de s’y accrocher mais quand on y réfléchit on ne sait strictement rien d’eux, sans parler d’autres dont la personnalité n’est même pas développée… C’est le seul laisser-aller de l’histoire.
L’auteur semble avoir privilégié un univers fichtrement bien construit (on ne peut le nier) et des aventures bien bien chouettes mais au détriment de ses personnages…

Autrement…

Qu’est-ce que tu attends encore avant de filer lire cette Saga? Allez go!

Move.gif

Review > Les fiancés de l’hiver

 

infos-generales

Titre : Les fiancés de l’hiver

Saga : La passe-miroir

Auteur : Christelle Dabos

Éditions : Gallimard Jeunesse

Pages : 517

Prix: 18eur en format broché

Cotation : 13/20

la-4e-de-couverture

Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel.

mon-avis

J’ai vraiment du mal à me décider si j’ai aimé ce livre ou pas.

House don't know

Voilà, je sais pas.

Fin de la chronique.

Non, je ris. Je vais m’expliquer…
Ce livre est une petite merveille d’excentricité.
L’auteure est très à l’aise avec les mots et nous le montre très clairement en dépeignant un univers que j’ai trouvé extraordinaire.
La Terre pourrait s’apparenter à des Arches desquelles on voyage à bord de dirigeables.
Les objets ont des semblants d’émotions (je pense à l’adorable écharpe d’Ophélie qui est aussi fidèle qu’un de nos compagnons à quatre pattes!).
Leur monde tout entier paraît doué d’une sortie de vie au final.
Le premier soucis est que ça reste peu exploité. Malgré l’abondance de descriptions, c’est toujours très superficiel. Comme si l’auteure s’attendait à se qu’on s’immerge déjà dès le départ dans un univers hallucinant (svp des lunettes qui cicatrisent quand elles sont brisées, c’est génial). Elle glisse ces petites anecdotes de façon désinvolte, mais cela « disparaît » trop dans l’immensité du roman.

De la même manière que chaque personnage possède un Don, c’est la particularité des habitants d’Anima, du Pôle, d’où tu veux de ce roman. Et ça aussi c’est fabuleux! Mais ces dons, et en particulier celui d’Ophélie sont trop peu utilisés. Et j’avoue avoir été déçue car c’est en particulier pour ça que j’avais acheté le roman…

Encore une fois, mon avis est fortement mitigé sur notre héroïne. Ophélie est une jeune femme très (trop, mais je compatis largement) maladroite, tout me prédestinait à l’adorer. En effet, je l’ai trouvé incontestablement adorable, touchante.
Là où le problème se pose, c’est qu’elle a l’air sans arrêt effacé, en retrait. Par dessus-tout, passive face aux événements qui prennent lieu, en attente d’une aide extérieure sans essayer de devenir sa propre aide. En fait, c’est plus simple que cela, sa maladresse est sans cesse source d’infantilisation de la part de ses pairs et au bout du compte on en vient à la voir de la même façon ; comme une enfant, incapable de se débrouiller seule. Mais toujours gentille, attachante, pleine de bonne intentions.
C’est perturbant d’apprécier un personnage mais à la fois d’avoir envie de lui mettre un coup de pied au derrière…
Sa relation avec Thorn est très ambigüe, à la fois elle refuse qu’il s’éprenne d’elle mais elle a désespérément besoin d’un chevalier à sa rescousse (CA M’ENERVE CA).

Concernant l’histoire en elle-même, c’est lent. La première partie il ne se passe pas grand chose et la deuxième même si ça s’active un peu c’est vraiment à la toute fin que ça secoue réellement. Cependant, et tu vas vraiment te dire que je sais pas me décider, l’auteure a une plume… envoûtante? Malgré que je ne trouvais pas grand chose de palpitant à me mettre sous la dent, j’avais envie de lire, lire et m’aventurer plus loin dans cet univers intriguant.

Tu peux le constater, j’ai vraiment du mal à te donner quelque chose de précis à quoi te raccrocher. Ce que je peux te dire c’est que c’est un livre qui mérite d’être découvert tout de même, rien que pour son originalité. Il est déroutant, c’est… perturbant.

 

Review > FRISSON 1

 

infos-generales

Titre : Frisson

Série : Les Loups de Mercy Falls

Auteur : Maggie Stiefvater

Edition : Black Moon

Pages : 477

Prix Amazon : 7.90eur en format poche

Cotation : 2.5/5

la-4e-de-couverture

Grace vit dans une petite ville américaine, aux abords d’une forêt.Son enfance a été marquée par l’irruption d’une meute de loups qui l’a attaquée. L’un des animaux l’a sauvée et depuis, un lien étrange s’est établi entre la jeune fille et ce loup. Ombre à la fois protectrice et inquiétante, il rôde autour de la maison isolée. La mort brutale d’un élève du lycée de Grace déclenche une réaction violente : la ville entière crie au loup,  et lance des chasseurs à travers la forêt. Tous les animaux ne parviennent pas à échapper aux balles… le loup de Grace est touché. Quelques heures plus tard, Grace retrouve sur le pas de sa porte un jeune homme, blessé, au regard étrangement familier…

mon-avis

Bon bon bon…

Non.

Définitivement non.

Pour te mettre en conditions et t’expliquer le pourquoi du comment de cette regrettable erreur ; j’ai en réalité lu le bouquin quand j’avais 13ans (oui voilà comme ça tu  m’accordes un peu d’indulgence) MAIS je n’avais jamais lu la suite alors qu’à l’époque (j’ai maintenant bientôt 19ans pour la petit info, le 18avril si tu veux m’offrir un petit cadeau) j’avais A-DO-RÉ ce livre mais jamais lu la suite aucune idée pourquoi.
Et donc, un jour en promenant mon regard dans ma bibliothèque je me dis « Mais tiens, et ce livre? Si je le relisais et achetais enfin la suite? » (Donc 6ans après si t’as bien suivi).

GROSSIÈRE ERREUR.

C’est à ce moment que tu te rends compte que des lectures de jeunesse doivent rester des lectures de jeunesse.

Donc si t’as pas encore compris j’ai pas trop trop aimé le livre hein…

On va commencer par le début.

L’héroïne, Grace, voue un culte infini à une meute de loup derrière son jardin et en particulier un qui a eu la bonté de ne pas la dévorer tout cru quand les autres l’ont arrachée à sa balançoire quand elle était gamine. > Problème numéro 1 : Certain penchant pour le masochisme (bon après chacun ses pratiques)

Grace, toujours, se rend compte que son loup préféré, bim dans le mille, EST UN HUMAIN. Et qui dit humain dit qu’on peut tomber amoureuse de lui. Aussi tôt dit aussi tôt fait. En une satanée fraction de seconde : coup de foudre. Elle fait dormir un inconnu DANS SON LIT. Avec elle dedans aussi. Puis il lui avoue que quand il était loup il la mattait à travers la fenêtre quand elle se baladait en tenue d’Eve et elle ne réagit pas. Genre tu fais venir un pervers dans ta maison mais d’accord pas de soucis. > Problème numéro 2 : La niaiserie, les actes irréfléchis, les problèmes cognitifs. Après on s’étonne qu’on ne prend jamais les ados au sérieux, non mais franchement.

L’absence totale de contrôle parental rendant mystérieusement possible une sorte de routine pédante de couple. Bah oui, t’as 17ans t’es encore au lycée mais tu vis h24 ta petite vie parfaite avec ton loup garou dans ta petite maison et tes parents ne sont jamais là COMME PAR HASARD au moment où tu as besoin que ton loup soit dans les parages, l’auteur a bien fait ça. > Problème numéro 3 : Cohérence?

La lenteur, inouïe, incroyable de l’intrigue (j’ai même failli oublier plusieurs fois le but du bouquin)… ponctuée tout du long par la niaiserie de la relation Sam-Grace. Grace, déchirée par la peur de voir son homme-loup lui être arraché par le méchant hiver mais à la fois dans un monde de bonbons roses et d’arcs-en-ciel où glissent des oursons multicolores grâce aux chansons que lui chante son homme poilu tous les 3 chapitres > Problème numéro 4 : J’ai dit que j’étais blasée de cette romance?

Mais tu te demandes pourquoi je me suis acharnée à lire ça?

Parce que mine de rien, je trouvais que l’intrigue construite autour des loups-garou était vraiment bien trouvée et j’avais vraiment envie d’en voir l’évolution. Tout comme Grace, je vénère les loups, littéralement. (On a au moins ça en commun) Et rien que pour ça je pouvais me sucrer de la romance bas de gamme pour 400 pages et encore 2 tomes.
Même si l’auteur fait preuve d’encore beaucoup d’incohérences, il y a beaucoup de questions qui sont soulevées et qui méritent de l’attention.
Mais pitié… moins de naisieries…

MORAL DE L’HISTOIRE

C’est cool quand t’as 13ans c’est moins cool quand t’en as 18 et que t’as vu et revu des tonnes de romances du style. Mais y a des loups. C’est cool les loups.

loup