Review > Le monstrologue

INFOS GÉNÉRALES HALLOWEEN EDIT

Cover monstrologue

 

Titre du Tome I : Le Monstrologue
Auteur : Rick Yancey
Edition : Robert Laffont Collection R
Date de parution : Janvier 2017
Lu en : Format papier
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 12.99eur / Format papier broché ; 18.90eur
Cotation : 17/20

4e DE COUVERTURE HALLOWEEN EDIT

La peur est parfois notre seule amie.
« Voici les secrets que j’ai gardés. La confiance que je n’ai jamais trahie. Mais cela fait aujourd’hui plus de quatre-vingt-dix ans qu’est mort celui qui m’a accordé sa confiance, celui dont j’ai conservé les secrets. Celui qui m’a sauvé… et aussi condamné. »
Ainsi commence le journal de Will Henry, jeune apprenti auprès d’un docteur à la spécialité des plus inhabituelles : la chasse aux monstres. Au fil des années passées à ses côtés, Will s’est accoutumé aux visites nocturnes et aux missions périlleuses. Mais lorsqu’une nuit, un pilleur de tombes leur apporte une trouvaille particulièrement macabre, Will et son maître se retrouvent embarqués dans une vertigineuse descente au coeur de l’horreur…

MON AVIS HALLOWEEN EDIT

 

Hé bien on peut dire que j’ai trouvé le livre presque parfait pour Halloween!
Entre l’épouvante, la tendance presque gore à certains moments et une ambiance à couper le souffle ; Le Monstrologue est LA belle découverte de la saison!

Christina smile.gif

On retrouve cette atmosphère si délicieusement macabre.
(J’suis un peu Mercredi Addams à mes heures)
Cette atmosphère carrément… glauque. Mais qui jamais ne plonge dans le « too-much »!
J’ai carrément pris mon pied à découvrir un récit situé dans un tel cadre.
Les avis sont mitigés d’après ce que j’ai pu lire. Certains trouvent que ça fait vraiment trop peur mais personnellement j’ai trouvé cela bien mesuré. L’auteur nous plonge, certes, dans l’angoisse avec tout ce décor mais ça m’a pas non plus empêché de dormir la nuit (ni le jour d’ailleurs *loldesbarres*).
Après, comme toujours avec ce genre de livres c’est carrément subjectif en fonction de la sensibilité de chacun, j’en conviens.
Mais pour te faire une idée, il y a des descriptions assez sympas sur la manière originale qu’ont les organes de repeindre les murs lorsqu’un enfant se fait déchiqueter par un être humanoïde qui crève la dalle.
Un peu comme moi quand je vois des pumpcakes (oui oui, la recette arrive bientôt!)

If there's no food I'm going home

Plus sérieusement, si toutes descriptions concernant les entrailles en décomposition d’êtres vivants ont une nette tendance à te faire vomir alors c’est clair que tu ne vas pas passer un moment folichon avec ce livre.
Mais, c’est à mon sens, le seul point qui peut vraiment être délicat.
Autrement, il n’y a pas d’apparitions spectrales, de poltergeists en colère ou de possessions démoniaques (perso, c’est surtout ça qui me fait bien flipper!), juste des monstres qui ont fort faim. ET QUI PEUT LES BLÂMER, HEIN!?

Le livre met du temps à nous délivrer de l’action. En réalité, ça déménage vraiment à partir du dernier quart du bouquin.
MAIS.
L’histoire est tellement bien construite que c’est un régal d’en suivre l’évolution. De voir comment l’auteur va réussir à nous surprendre par son réalisme. On pourrait vraiment y croire, il y a même des éléments réels comme des extraits de textes par des vrais écrivains qui auraient eux-mêmes dépeints des créatures ressemblant à s’y méprendre avec celles qui sont mises en scène dans le bouquin.
Le prologue et l’épilogue jouent d’ailleurs sur cela, sur la probabilité de véracité de l’histoire et on peut aussi en venir à se poser cette question, nous, lecteurs.
Du début à la fin, j’ai trouvé le récit extrêmement cohérent, l’auteur ne laisse rien au hasard et maîtrise parfaitement sa plume.

Dernier point ; les personnages.
Ils étaient plus qu’atypiques, j’ai adoré ça!
Will Henry, le principal protagoniste par qui nous suivons ce récit, est un jeune garçon réfléchi et touchant.
Mais le Docteur.
Lui.
Je l’ai trouvé superbement détestable. Mais j’ai appris à aimer le détester.
C’est vraiment un personnage où on sent qu’il y a eu du travail pour construire son identité. Il est tellement curieux dans ses réactions, parfois presque sans-coeur. Un peu caricatural sur les bords aussi. Cependant, petit à petit, l’auteur en vient à nous expliquer son vécu et même si ça n’excuse pas ses comportements, je trouve que ça nous dépeint tellement bien les faiblesses de l’Homme et du coup j’éprouve de la pitié à l’égard de ce monstrologue.

Sheldon pity

En résumé, si la soupe aux boyaux c’est pas ton délire alors c’est pas pour toi!
Mais si tu en es friand ainsi qu’accro aux personnages particuliers et adorateur des écritures immersives alors fonce!

 

Publicités

Review > Dream House (VO)

INFOS GÉNÉRALES HALLOWEEN EDIT
dream-house-711175-264-432.jpg

 

Titre du livre : Dream House
Auteur : Marzia Bisognin
Edition : Keywords Press
Date de parution : Avril 2017
Lu en : Format papier
Prix Amazon : Format papier broché ; 11.67eur / Format papier relié ; 16.06eur/ Format numérique Kindle ; 8.82eur
Cotation : 15/20

 

 

4e DE COUVERTURE HALLOWEEN EDIT

(traduction personnelle)

Quand Amethyst tombe sur la maison de ses rêves, elle ne peut s’empêcher d’être émerveillée, même s’il se dégage de cet endroit quelque chose d’un peu… bizarre.
Cette maison est tout ce qu’elle a toujours voulu, alors quand les Blooms l’invitent à y passer la nuit pour éviter un gros orage, elle accepte instantanément.
Cependant, lorsqu’elle se réveille le lendemain matin, seule et incapable de se résoudre à partir, Amethyst se retrouve à faire face à des événements inattendus – comme Alfred, l’étrange jardinier ; Avery, le charmant mais mystérieux voisin ; et une petite fille qui ne cesse d’apparaître et de s’évaporer aussitôt.
Tandis qu’Amethyst recherche les Blooms et essaye de découvrir la vérité, sa connexion envers la maison ne fait que s’accroître.
Sera-t-elle capable de s’échapper de cette maison, ou est-ce que ses secrets l’y piégeront pour l’éternité?

MON AVIS HALLOWEEN EDIT

C’est l’adorable Heyjessical qui m’a donné envie de découvrir ce livre. Je ne connaissais pas son auteur, qui s’avère être Youtubeuse (alors que j’ai suivi un temps son petit ami Piewdiepie…).

Alors ouais, honnêtement, les livres écrits par des Youtubeurs, c’a tendance à me faire carrément fuir. J’ai l’impression que c’est devenu une mode d’écrire son bouquin et un moyen de plus pour faire parler de soi, voire de se faire de l’argent.

Est-ce que Marzia parvient à me faire changer d’opinion?

tumblr_mzg0tiGmBt1ra3xlqo1_500.gif

Hé bien.
Presque, oui.

En tous cas, elle ne me donne pas l’impression d’avoir écrit pour dire d’avoir écrit.
J’ai vraiment lu quelqu’un de passionné.
J’ai lu les mots d’une jeune auteure qui regorge d’imagination, qui prend du plaisir à raconter une histoire.
Mais qui s’emmêle un peu les pinceaux quand même…

Expliquons-nous.
L’histoire est un peu brouillonne, en réalité. L’auteur se perds dans des descriptions à rallonge qui sont à la fois pertinentes dans la mesure où elles aident vraiment à apporter une ambiance particulière mais aussi, malheureusement, alourdissent et ralentissent la lecture.
Les passages dits « creux » (où ils ne se passe pas grand chose) deviennent parfois un rien contraignants à lire. Prendre trois pages pour nous parler d’un repas, c’est vraiment histoire de remplir le bouquin…
D’un autre côté, ces passages contribuent, comme je l’ai mentionné, à soutenir l’atmosphère spéciale qui émane de cette lecture.
En effet, ces passages à vide maintiennent le suspense du lecteur en créant une pause entre tous ces évènements bizarres qui arrivent à l’héroïne.
Je pense qu’il manquait un rien pour que l’auteur parvienne à maîtriser et doser cela avec brio! Donc pour un premier essai, on peut dire que c’est tout de même pas mal!

Concernant le côté « creepy », c’était sympathique mais pas aussi haletant que je l’avais imaginé. J’imagine que c’est propre à la sensibilité de chacun! Certes, l’intrigue était bien menée mais parfois redondante et surtout, prévisible.
Si tu cherches un récit qui te fera frémir d’effroi, je ne te le recommande pas.
En revanche je le recommande pour l’aspect plus « sinistre ». Il ne fait pas peur à mon sens, mais l’ambiance reste macabre et c’est pas plus mal en fait! L’auteur excelle pour apporter sa touche de « lugubre ».
Mais en effet, le point faible du bouquin reste sa prévisibilité. L’histoire n’en est pas moins originale mais si tu penses tenir une théorie.. fort à parier que tu as bien deviné! Cela rejoint donc ce que j’écrivais plus haut, où avec un peu plus de technique l’auteur aurait réussi à vraiment nous faire douter.
En revanche, là où elle nous plonge dans l’incertitude c’est en laissant des tas d’événements sans explications. Tu comprends vaguement le pourquoi du comment mais tu n’es franchement pas sûr de toi. Je te rassure, le plus gros est bien dévoilé et de manière très correcte à la fin du roman mais y a certains petits trucs très mineurs mais qui restent non résolus
(ET MOI CA ME PERTURBE, OK?)
Crazy laugh.gif(oui je vais bien)

Sinon, honnêtement, le livre reste très sympa et rapide à lire.
L’anglais est plus qu’accessible et je pense pouvoir dire que le récit est abordable pour les jeunes ados.
Pour cette saison, tranquille, dans son lit, avec le chat sur les genoux, c’est plutôt une chouette découverte malgré des petits couacs. La chronique donne sûrement l’impression que je n’ai pas apprécié plus que ça (mais je suis enrhumée, j’ai les oreilles qui bourdonnent et je vois flou alors je vois que du négatif pas ma faute huhuh) mais ce n’est pas le cas. J’ai vraiment pris plaisir durant cette histoire, d’ailleurs elle m’a même un peu réconciliée avec la lecture en VO que j’avais mise de côté car dégoutée de mes lectures anglaises de l’unif de l’année passée.
Je retiens ce livre surtout pour son ambiance, la plume de Marzia qui est très douce et des personnages atypiques et attachants, me rappelant d’ailleurs un peu ceux de l’univers de Neil Gaiman.

Review > Les Sorcières du Clan du Nord

INFOS GÉNÉRALES HALLOWEEN EDIT

les-sorcieres-du-clan-nord---le-sortilege-de-minuit-896085

 

Titre de la Saga : Les Sorcières du Clan du Nord
Titre du Tome I : Le sortilège de minuit
• Auteur : Irena Brignull
Edition : Gallimard Jeunesse
Date de parution : Avril 2017
Lu en : Format papier
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 12.99eur / Format papier broché ; 17.50eur
Cotation : 17/20

4e DE COUVERTURE HALLOWEEN EDIT.jpg

Deux mondes que tout oppose, une grande amitié, une histoire ensorcelante.
Poppy, adolescente rebelle, se fait renvoyer de tous les lycées qu’elle fréquente. L’innocente Clarée a du mal à se faire accepter par sa communauté secrète de sorcières.
Leurs chemins n’auraient jamais dû se croiser.
Pourtant, elles deviennent inséparables.
Et la rencontre avec les mystérieux Leo achèvera de bouleverser leurs destinées.
Mais y a-t-il une frontière entre magie et réalité?

MON AVIS HALLOWEEN EDIT

 

Lors de l’une de mes nombreuses expéditions à la Fnac (bon faut dire que c’est juste à côté de mon arrêt de bus quand je vais à la fac, donc ça n’aide pas), j’avais repéré ce livre.
A vrai dire, c’est surtout la couverture qui me faisait de l’oeil.
(elle est pas sublime?)

It's so beautiful

Mais bon, le résumé m’interpellait aussi. Je dois cependant avouer que j’ai mis longtemps avant de me décider à craquer car j’avais peur que ce soit TROP jeunesse…
C’est au fil des lectures de différentes chroniques de blogueuses que je me suis laissée tenter.

Et j’ai eu totalement raison.

Les histoires de sorcières, ça me plaît carrément, et celle-ci m’a convaincue par son originalité.
J’ai été séduite par la tendresse, l’authenticité et l’amour qui se dégage de la relation entre Clarée et Poppy. Je pense d’ailleurs que c’est LE point principal qui fait que ce livre fonctionne. Ces deux héroïnes ont leurs particularités et sont même diamétralement à l’opposé l’une de l’autre. C’en est presque cliché ; d’un côté l’aspect niais et de l’autre l’indiscipline, mais personnellement elles m’ont toutes deux plu.
J’ai préféré la personnalité de Poppy que j’ai trouvé plus complexe et mieux définie (probablement car c’est plus souvent elle la narratrice). De manière générale, j’ai trouvé Clarée trop innocente, me rappelant un peu Ophélie dans le premier tome de La Passe-Miroir, mais elle est tout de même parvenue à m’attendrir, son côté un peu  »pataud » lui conférant un certain charme.
Leur amitié est presqu’immédiate, chacune apprenant l’une de l’autre sur leur monde respectif . C’est vraiment un lien pur qui les uni, une de ces relations qui peut déplacer des montagnes.

Rox et Roucky friendship
(je m’en vais chialer un coup maintenant)

J’ai apprécié la quasi omniprésence de personnalités féminines.
Dans le monde de Clarée, les hommes ne sont pas très bien vus, ils ne sont même pas du tout acceptés au sein du Clan car on considère qu’ils apportent trop de douleur. Pour Poppy, c’est simple, elle n’a pas vraiment facile avec les contacts sociaux.
La figure masculine qui nous accompagne durant une grosse partie du roman, c’est Leo. Il représente à lui tout seul la bonté et réconcilie ainsi un peu les femmes du bouquin avec les hommes. Mais là où j’ai eu un soucis, c’est qu’il a plusieurs fois été présenté comme « le sauveur » de Poppy, la fois la plus flagrante étant lors de son agression en rue. Alors, ouais, chouette, c’est pas une ordure (il se comporte juste comme tout le monde est censé se comporter) mais entretenir la légende des « femmes qui peuvent pas se sauver seules », c’est un peu relou.
L’avantage, c’est qu’on a un large panel de figures féminines auxquelles s’identifier ; les bad-ass, les bad-ass machiavéliques, les simplettes, les incomprises puis, parfois, tout ça en même temps!

La première partie du bouquin est surtout consacrée aux découvertes que font Poppy et Clarée.
Certains pourraient croire cela ennuyant mais l’auteur rend ça très attrayant. Il y a eu un très bon travail au niveau de l’écriture. Je m’y croyais presque. J’avais l’impression de voir en temps réel leurs liens se solidifier de jours en jours, d’assister à leur émerveillement face aux connaissances qu’elles développaient sur des univers qui leurs étaient alors inconnus. L’auteur est parvenue à octroyer une énorme sensation de réalisme à son récit. C’est un roman jeunesse à la plume terriblement adroite, au vocabulaire très recherché et aux tournures de phrases délicates.

La seconde partie était la plus intéressante. C’est à partir de là qu’on assiste à la puissance du thème « sorcières ». Entre mystères, magie, combats, révélations, notre esprit est mis à rude épreuve.
Malgré un prologue nous dévoilant une certaine prophétie (oh bah tiens, ça c’est original), nous sommes toujours dans l’attente de voir quelle tournure l’histoire va prendre. On va de découvertes en découvertes jusqu’à un beau final à l’image du très bon roman qu’il est.

Review > Les Ombres du Vieux Carré

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

book-1997

 

Titre du livre : Les Ombres du Vieux Carré
Auteur : Samuel Fessard
Edition : Librinova
Date de parution : Septembre 2017
Lu en : Format numérique
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 2.99eur
Cotation : 15/20

 

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Dans un quartier cossu de Washington, Nora se réveille un matin, amnésique. Elle ne reconnaît plus personne, pas même son mari Ethan ou ses trois enfants. A New-York, un chef d’entreprise à qui tout réussit, Owen, vit la même situation : sa femme, sa société, son appartement, tout lui semble étranger.
Désemparés et victimes de rêves étranges, ils cherchent à tout prix quelqu’un capable de comprendre, et de répondre à leurs questions. Owen et Nora font alors connaissance au détour d’un site de chat et décident de s’allier pour résoudre cette énigme, en suivant les indices laissés dans leurs songes.
Parviendront-ils à comprendre ce qu’il leur est arrivé ? Pourront-ils un jour retrouver leurs souvenirs et reprendre le cours de leur vie ?

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

J’aime toujours avoir des partenariats avec les Editions Librinova car ils ont toujours de très bons petits livres à proposer!
Alors merci à Anaïs qui m’a contactée pour l’envoi de ce service-presse que j’ai plutôt bien apprécié!

C’est vraiment le livre parfait pour souffler un peu. Il se lit avec une telle aisance, les pages défilent et on passe un très bon moment.
Les histoires d’amnésie, j’adore ça. Je ne fais pas partie des gens blasés par ce thème, bien que j’admets qu’il soit plutôt courant. Mais non, je ne m’en lasse pas.
Et pour le coup ce livre mêle à la perfection une histoire contemporaine avec une légère et subtile dose de fantastique!
Les événements ne provoquent pas une énorme dose de surprise mais on ne voit pas pour autant le dénouement venir à 1000 kilomètres. C’est pour ça qu’il est vraiment chouette. On s’interroge mais sans se prendre la tête non plus. Il y a juste ce qu’il faut pour nous donner envie de tout lire d’une traite!

Les personnages sont pour certains casse-pieds pour d’autres très attachants. Et ça tombe bien, ceux qui sont plutôt sympas sont nos héros principaux! L’attitude de Nora m’a parue très authentique, j’ai vraiment vécu avec un très grand réalisme l’injustice de son amnésie et son sentiment d’emprisonnement dans sa propre famille désormais inconnue à ses yeux. Son mari, Ethan, bien que ses réactions soient compréhensibles, m’a vraiment insupportée. C’est vraiment le profil type de la personne qui n’arrive pas à tolérer qu’un être très proche puisse ne pas avoir besoin de son aide et veuille être seule. La personne qui doit sentir qu’elle contrôle tout et surtout tout le monde. Argh, ça m’horripile.
Owen, quant à lui, m’a au début un peu déroutée. Je ne savais pas si je pouvais l’apprécier ou non. Il agissait parfois en parfait connard mais semblait prendre conscience de ce qui posait problème dans son comportement. Au fil des pages, je me suis attachée à lui et ses petites piques d’humour toujours bien placées.

La présence du fantastique/paranormale est, comme je l’avais dit, discrète. Et ce jusqu’à la presque fin du roman. Mais ce n’est pas pour me déplaire. De la sorte, on fait planer le doute jusqu’au bout! Quelque chose qui m’a plu aussi c’est l’allusion à un personnage réel historique pour dénouer l’histoire. Personnage pas des plus sympathiques, tu t’en doutes, à l’origine d’événements terribles. Histoire et fantastique imprègnent donc ce récit avec justesse.

Pour finir, j’ajouterai quelques mots sur l’écriture qui est juste très très fluide et agréable. Il n’y a pas de constructions de phrases alambiquées, de mots savants, rien de tout ça. C’est vraiment un livre simple mais efficace!
Je le conseille à tous ceux qui veulent faire un break sympa et donner une chance à un auteur très peu connu!

 

Review > La lectrice

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Cover La lectrice.jpg

 

Titre de la Saga : Sea of Ink and Golf
Titre du Tome I : La Lectrice
Auteur : Traci Chee
Edition : Robert Laffont, Collection R
Date de parution : Mai 2017
Lu en : Format papier broché
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 12.99 eur / Format papier broché ; 18.90 eur
• Cotation : 17/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Il était une fois,
et une fois sera…
Ainsi commence l’histoire de Sefia, qui a perdu sa mère, son père, puis sa tante Nin à cause d’une étrange objet rectangulaire.
Ceci est un livre.
Dans un monde où personne ne sait lire, Sefia va devoir poursuivre une triple quête de sens, de vérité et de vengeance.
Épaulée par un mystérieux allié qui possède ses propres sombres secrets,
elle va sillonner jungles et mers, au gré de ces histoires qui font l’Histoire avec un grand H.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

Ce livre me faisait envie depuis au moins un siècle.
Non mais…
T’as bien vu sa couverture?
Je la trouve super élégante!
Et le résumé qui me mettait l’eau à la bouche a suffit à me convaincre.

I want you.gif

Encore une fois, Collection R fait bien son job en proposant du très très bon contenu.
La Lectrice ne fait pas défaut à cette tradition.

Le résumé ne permet pas de se faire une idée précise de l’aventure que l’on va entamer.
Il y a bien trop de zones d’ombre et ce n’est absolument pas pour me déplaire! J’aime être prise au dépourvu et moins la quatrième de couverture en dévoile, plus je serai accro.

Les mystères nous tourmentent pendant une bonne partie de notre lecture.
On ne sait pas trop où on va mais on apprécie le voyage!
L’histoire est scindée en plusieurs « intrigues », il y a la principale avec Sefia et son acolyte mais on a droit à des passages bien éloigné d’eux qui mettent en scène d’autres personnages. On en vient à se demander où est la limite entre le potentiel imaginaire et la véritable intrigue. C’était vraiment chouette comme expérience car finalement tout s’entremêle avec justesse.

Si le début traîne, certes, un peu en longueur, ce n’est pas une catastrophe en soi car l’auteur a une facilité déconcertante pour ajuster ses phrases. Elle maîtrise les mots à la perfection et nous le prouve tout au long du récit. Pour le coup, tous les passages un peu lents restent néanmoins un plaisir à découvrir.

Cet univers m’a l’air de regorger de plein de subtilités pas encore très bien mises en lumière.
J’ai eu la sensation de ne pas être encore très familière avec toutes les coutumes de ce petit monde mais c’est surtout car il y a beaucoup de choses à assimiler et que j’ai vraiment dévorer le bouquin!
J’espère que l’auteur continue d’enrichir cet univers rempli de magie car on pourrait encore être emmené plus loin, tout cela déborde de créativité mais on peut faire encore plus!

Les personnages sont vraiment adorables. Bien que, j’ai eu du mal à déterminer leurs âges, ils m’avaient l’air tantôt très matures tantôt plus gamins. L’auteur finit par nous donner les infos mais dans ma tête je continuais de les voir parfois en adultes parfois en gosses, c’était étrange! Mais Sefia m’a paru être quelqu’un de très dégourdi ce qui me fait plaisir ainsi que très authentique dans ses réactions. Je me suis sentie très proche d’elle, elle est vraiment très bien construite. Il y a un peu moins de précisions concernant son compagnon mais on voit aisément pourquoi, même Sefia n’en sait pas plus que nous, tu comprendras ça en lisant…

Plus on avance, plus le récit se définit et la fin est riche en révélations mais soulève encore plus de questions! D’ailleurs, on ne s’interroge pas seulement sur le déroulement du roman mais aussi sur le message qu’il veut faire passer. La Lectrice nous ébauche un début de réflexion, dans un monde où les livres, les écrits n’existent pas comment survivre à notre mort? Comment peut-on être reconnu, connu une fois que l’on disparaît? Il n’y a aucune traces, aucuns témoignages, et parfois personne de proche ne nous survit pour continuer de partager notre souvenir… Comment écrire son histoire, l’Histoire alors?

History was made here.gif

Review > À ma vie à ta mort

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Cover A ma vie a ta mort

 

• Titre : A ma vie à ta mort
• Auteur : Sandra Triname
• Edition : Plume Blanche
• Lu en : Format numérique
• Parution originale : Mars 2017
Prix Amazon : Format papier broché ; 21.90eur / Format numérique ; 7.99eur
• Cotation : 12/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Recouvert de symboles grecs faisant référence à Hadès, un corps mutilé et désormais inidentifiable, est retrouvé dans une cave à New York.
Jeune flic fraichement sorti de l’école de police, Mike Sullivan se retrouve chargé de cette affaire qui le mènera jusqu’au pied du World Trade Center,
ce terrible jour du 11 septembre 2001.
Une fois son bras vengeur lancé et bien que la faucheuse soit belle à couper le souffle, rien ne peut la stopper.
Instrument du Destin ou de la Mort elle-même, il devra résoudre cette affaire en empruntant des sentiers dont personne ne revient jamais.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

what the hell simon.gif

Ceci est moi.
Durant la totalité du livre.

J’y ai vraiment mis toute la bonne volonté du monde, surtout que les Editions Plume Blanche c’est un peu mes éditions coup de coeur, mais y a vraiment un truc qui a coincé ici.

Je les remercie tout de même pour ce service-presse, toujours à l’occasion de leur big SP SummerTime, et je t’explique de suite ce qui m’a posé problème.

Le point négatif principal c’est vraiment le côté chaotique du déroulement de l’intrigue.
Pourtant, ça partait vraiment VRAIMENT bien.
Le prologue nous donne directement une scène bien spéciale comme il faut, torture tout ça tout ça, mais je te rassure rien qui va te donner envie de vomir tes tripes non plus.
S’en suit alors le début d’une enquête, enquête sur la femme du prologue qui est donc retrouvée sympathiquement décorée au fer rouge, mutilée de signes mythologiques.
BREF. Tout ça promettait du lourd et j’étais réellement happée par ce démarrage.
D’autant plus que l’inspecteur correspond exactement au cliché du policier-ours-mal-léché beaucoup trop rustre mais perso je ne m’en lasse pas!

Puis là, MALHEUR! TRAGÉDIE!

Nooo jessica lange.gif

L’anarchie commence.

Premier élément à me faire tiquer : pourquoi absolument faire intervenir l’attentat de 2001 comme élément déclencheur pour amorcer la suite des événements?
C’est pas une mauvaise idée en soit mais ça n’a aucune réelle utilité… On ne revient jamais là-dessus plus tard donc on aurait tout aussi bien pu prendre autre chose comme déclic. Ce n’est pas quelque chose de profondément dérangeant mais ça me laissait perplexe, un peu (j’suis vite perturbée, pas ma faute…)

Au même moment interviennent de nouvelles têtes. On passe d’une enquête tripante à .. bah on ne sait pas trop à quoi en fait? Bon, évidemment, on est pas carrément dans le flou, n’exagérons rien. Nous sommes en fait aux côtés des faucheurs.euses, qui font leur boulot (attentat… morts, y a de quoi faire).
Et à partir de là, ça se complique vachement.

Entre les personnages à retenir (et pourtant j’en lis des bouquins avec des millions de personnages dedans), les personnages qui sont nommés de deux façons différentes mais que t’es pas trop sûre que ça fait référence au même mec/fille mais qu’en fait on te confirme aux 80% du livre que oui, des personnages différents qui portent le même nom (bon ça arrive qu’une fois heureusement), puis les changements spatiotemporels entre l’intrigue des faucheurs et l’intrigue de la police terrienne, et enfin les deux intrigues qui se recoupent. BEAUCOUP BEAUCOUP trop d’informations à digérer. Sans compter tout ce que je n’explicite pas vraiment ici pour ne pas gâcher la découverte aux futurs lecteurs.
L’auteur part vraiment dans tous les sens, c’en est limite abracadabrant.
ALORS, il faut reconnaître que c’est foutrement bien trouvé, là pour le coup l’imagination rien à redire.
Mais au niveau de la construction et du déroulement quelque chose lui échappe et tout ce petit monde bien complexe en devient trop complexe.

J’ai vraiment eu l’impression d’une auteur qui a manqué de temps? Je ne sais pas. Comme si elle avait eu une idée tellement lumineuse qu’elle s’était dépêchée de vite coucher tout sur papier sans y revenir avec un oeil reposé et le retravailler.
Encore une fois, je trouve l’intrigue vraiment ingénieuse mais y a un terrible manque de relecture derrière. Ce qui m’amène à dire que même niveau orthographe ce n’était pas suffisamment bien retravaillé non plus. Des fautes vraiment basiques telle que « en bon thermes », ça passe difficilement ou encore des nombreuses fautes d’accord sur les participes passés.

Il y a clairement du potentiel, mais peut-être en ayant fait abstraction de certains petits trucs dans le jet final j’aurais plus accroché. Y a vraiment trop de trucs, et trop de trucs pas suffisamment bien liés entre eux à mon goût. Le scenario a besoin d’être allégé, vraiment.

Je ne te dirai pas de l’oublier à tout prix si tu comptais te lancer dedans mais je te dirai de bien prendre ton temps, d’être ABSOLUMENT disponible mentalement. Après en avoir parlé avec d’autres lecteurs, en effet, tout le monde s’accorde à dire que c’est complexe MAIS si tu le lis en étant concentré c’est déjà beaucoup plus sympathique et fluide. Etant en examens, c’est clair que ce n’est pas le moment approprié pour une lecture qui demande tant de concentration et en plus si, comme moi, tu viens d’une période avec de très très bonnes lectures tu ne sauras peut-être pas apprécier celle-ci comme il est possible de le faire. En effet, en juillet j’ai eu un mois excellent niveau lecture, surtout dans mes découvertes Plume Blanche et j’en attendais sûrement un peu trop, j’étais pas prête à moins aimer un de leurs romans (et ça me fait trop de mal d’écrire ça huhu).

Review > Autre Monde T1 L’alliance des Trois

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre de la Saga : Autre Monde

Titre du Tome I : L’alliance des Trois

Auteur : Maxime Chattam

Edition : Albin Michel

Date de parution : Novembre 2008

Lu en : Format papier broché

Prix Amazon : Format papier broché ; 20.90eur / Format papier poche ; 7.60eur / Format numérique ; 9.99eur

Cotation : 16/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Personne ne l’a vue venir.
La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies…
Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la Terre n’était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser.
Pour comprendre.
Pour survivre…
A cet Autre Monde.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

La Saga Autre Monde fait beaucoup de bruit pour le moment. Je l’ai vue apparaître à plusieurs reprises sur Bookstagram et dans les chroniques des blogs que je suis.

Je ne m’étais pas vraiment penchée sur l’engouement général qu’il générait mais on connait à présent ma petite bibliothèque de village qui propose à tout casser une nouveauté par an, du coup en fouillant dans les trucs un peu plus anciens j’ai vu qu’elle possédait la saga entière!
Alors ; Why not? Après tout, s’il revient en force ces temps-ci ça doit être pour une bonne raison et je voulais vérifier par moi-même!

Ce livre possède indéniablement un bon potentiel mais… j’ai tout de même eu quelques problèmes même si j’ai vraiment aimé la lecture.

Tout d’abord, l’histoire ressemble à s’y méprendre avec une autre saga que j’ai lue. Il s’agit de Gone par Michael Grant. Je n’ai pas la date exacte de sortie de Gone mais je sais qu’ils sont sortis tous les deux en 2008. Donc du coup pour le côté découverte d’une histoire originale on repassera…
Entre l’affaire des adultes qui disparaissent, les dégénérescences/mutations, les gosses qui se regroupent en communauté et un truc bizarre méchant mystérieux sur lequel on a pas trop d’infos… Voilà, j’ai eu un remake de Gone.

Yeah great

Mais attends!
Pars pas tout de suite…

Une fois passée la frustration d’avoir encore affaire à une énième histoire qui suit cette idée on en vient à apprécier les subtilités propres à Chattam.

Je n’ai jamais lu de ses livres avant celui-ci mais j’ai été doucement convaincue par sa plume. Il est très doué pour transmettre de la vie à son histoire. Je me sentais très proche des protagonistes et de l’environnement nouveau dans lequel ils évoluaient. Il dose très bien ses phrases, jouant très bien avec le suspense et les retournements de situations sans trop en faire non plus. Parfois, les auteurs ont tendance à vouloir enchaîner les rebondissements, ne laissant que très peu de répit à son lecteur qui, au final, en vient à se questionner sur ce qu’il vient de lire et son attachement à l’histoire. Des fois ce fonctionnement marche très bien mais souvent il laisse un goût de trop peu surtout concernant le développement de la complexité des personnages et du contexte.
Dans un livre comme l’Alliance des Trois, c’est plus que nécessaire de prendre un moment entre chaque situation pour faire le point et redéfinir tranquillement le décor sans non plus perdre son lecteur avec des explications à rallonge. Chattam maîtrise cela à la perfection et c’était donc un pur bonheur de faire défiler les pages!

Ron reading.gif
C’était littéralement moi pendant les 200 dernières pages.

Les personnages sont tous intéressants et surprenants dans leur évolution.
Ce livre est basé sur la théorie selon laquelle la Terre, semblable à un être vivant, se serait débarrassée des individus qu’elle aurait jugés problématiques… Donc, tu as compris : Les Hommes. Tous les problèmes environnementaux vont leurs revenir à la figure, voire pire encore. Les humains restants se rendent compte de ce que cela implique, que tout a changé et que la Terre a défini de nouveaux paramètres pour chaque être vivant. La plupart des humains comprennent vite qu’ils incarnent l’espoir d’une civilisation bah.. civilisée en fait, qui ne causerait pas de tort à sa planète ni à son prochain. Toutefois, cette prise de conscience s’accompagne de quelques problèmes. Tous ne sont pas arrivés aux mêmes conclusions et donc confronteront les gentils humains (les gentils, les méchants, ma chronique est définitivement complexe hein dis) à des sombres côtés de leur personnalité qu’ils espéraient avoir éteints… mais qui feront leur apparition quand la question de la survie sera de mise. Ca nous laisse penser que dans les prochains tomes ces questions existentielles seront d’autant plus développées : comment se débrouiller dans un monde hostile en gardant son humanité?

Let's go kill them.gif

L’histoire aborde des thématiques vues et revues, on est d’accord, mais le scénario reste vachement bien mené. Et puis un livre de plus pour dénoncer le poison que nous sommes pour notre Terre, ça fait pas de mal! L’écriture de Chattam y étant pour beaucoup, le rythme est toujours plaisant, on ne s’ennuie jamais! De même que, comme mentionné précédemment, certains revirements de situation sont plutôt sympas à découvrir. On pense à tort que l’auteur ne nous surprend pas, on s’attend à la moitié de ce qu’il développe mais ce n’est pas du tout ça, il nous trompe vraiment!

Pour ceux qui sont blasés du choix éternel des thèmes « mutants-plus de parents-tout seul les enfants-univers pas content », je ne vous dirai pas de passer votre chemin… Je pense au contraire que ce livre a quelque chose de plus à apporter à ces thématiques! Je poursuivrai la saga avec plaisir!