Review > Run T1 & T2

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Cover Run

 

 

Titre de la Saga : Run
Auteur : Léticia Joguin-Rouxelle
Edition : Something Else Edition

Date de parution : Octobre 2016
Lu en : Format numérique
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 4.99eur / Format papier broché ; 14.76eur
Cotation : 16/20

 

 

 

run-tome-2-889181-264-432.jpg

 

Titre de la Saga : Run
Auteur : Léticia Joguin-Rouxelle
Edition : Something Else Edition

Date de parution : Février 2017
Lu en : Format numérique
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 4.99eur / Format papier broché ; 14.95eur
Cotation : 16/20

 

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Zone 89, 2052.
Marnie, 16 ans, s’enfuit de sa prison après le meurtre de son protecteur. Ne connaissant rien du monde extérieur, elle parvient quand même à s’abriter dans un camp de réfugiés où elle reprend peu à peu goût à la vie et foi en l’être humain. Mais comment vivre l’esprit tranquille lorsque le danger rôde autour de nous ? Car elle le sait, La Compagnie fera tout pour la retrouver et anéantir ses congénères… L’ère des mutants est en marche.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

Léticia, je te remercie encore vivement pour l’envoi de ces service-presse!
Ces livres sont un vrai condensé d’émotions!

Run, c’est l’histoire de Marnie, 16ans, considérée comme « anormale », comme une mutante…
Certes, le thème n’est plus très original. Des mutants on en voit un peu à toutes les sauces depuis quelques années et on en vient à se demander ce que cette histoire peut apporter en plus.
Et bien tout simplement un souffle d’air frais…

Le premier Tome est très court, 140 pages, c’est vraiment rien mais pour le coup, c’est vraiment ce qu’il fallait. L’auteur ne perd pas de temps dans des élucubrations (j’aime bien ce mot) et nous donne directement le ton du livre. A savoir : un récit haletant qui ne laisse pas la place à l’ennui. Elle nous dévoile juste ce dont on a besoin sur l’instant pour comprendre les évènements mais pas assez pour, ainsi, toujours laisser planer une ambiance un rien stressante. Les pages défilent à une vitesse monstrueuse car il n’y a aucun moment de répit pour nos personnages. L’écriture de l’auteur est donc réellement fluide et captivante

Les personnages sont d’ailleurs très bien développés, c’est vraiment l’atout de ce livre. On se familiarise avec chacun mais ils évoluent encore au fil du livre. On pense aimer quelqu’un, le trouver intriguant puis en fait, on l’enverrait bien se noyer au fond du Pacifique. L’inverse se produit aussi, on pense un personnage détestable puis on comprend qu’il agissait dans le seul but de protéger Marnie.
En parlant d’évolution, l’héroïne m’a terriblement touchée au fur et à mesure que l’histoire avançait. On nous présente d’abord une jeune fille peu sûre d’elle, qui n’est définie que par un numéro, qu’on lui a attribué à la naissance. Puis lorsqu’elle s’échappe de sa prison dorée, elle dépasse ce numéro et devient Marnie. Marnie qui découvre le monde, le quotidien des Hommes dont elle a été privée. Qui apprivoise des sentiments qui lui sont inconnus et qu’on lui a toujours dit qu’elle ne pourrait pas ressentir. Les mutants ne peuvent pas vivre l’amour, la joie, ils ne sont pas humains. Mais au final… qui des prétendus humains ou des considérés mutants font montre d’humanité ? La différence fait peur et l’idée que quelque chose d’étranger à l’Homme puisse être tout aussi « puissant » fait peur. Marnie en vient à assumer ses particularités et vit chaque chose qu’on lui avait interdit auparavant.

Little Mermaid.gif
Quand je dis qu’elle découvre tout, c’est presqu’à ce point là…

L’auteur nous permet de vivre les découvertes de Marnie avec une authenticité surprenante. Les émotions des personnages sont vraiment mis en avant. Mais là où ce livre est réellement bon, il y a tout de même une faiblesse… En effet, tout est bien développé sauf en ce qui concerne l’environnement et le contexte. J’aurais apprécié un peu plus de consistance à ce niveau, on nous dévoile le strict minimum sur l’origine des mutants mais ça m’avait l’air tellement fascinant que j’ai eu l’impression de ne pas en avoir assez…
Mais pas de problèmes! L’auteur a tout prévu. En effet, le second Tome comble sans difficulté cette faille.

De fait, le deuxième opus est définitivement plus riche en détails. Détails qui ne nuisent absolument pas à la lecture, bien au contraire, ils sont même essentiels.
La plume de l’auteur se définit et s’affirme. J’en ai été ravie, on assiste à une évolution surprenante tant sur le fond que la forme (qui m’avaient déjà conquis dans le Tome précédent).

Le premier Tome est donc un livre qu’il faut savoir prendre avec légèreté, c’est un bon bouquin pour à la fois souffler entre deux pavés de lecture mais aussi être captivée. C’est bien pour cela que je le considère comme un « condensé d’émotions ». Il est court ce qui permet de le lire d’une traite, l’intrigue est prenante à souhait mais on est aussi frustré par ce peu de pages et par ce final grandiose qui à lui tout seul résume parfaitement l’entièreté du bouquin : des rebondissements et encore des rebondissements!
Le second apporte ce qui est nécessaire pour qu’on puisse se dire « wow, tout est vraiment bien pensé en fait ».
De même qu’il nous amène à la réflexion sur la tolérance de l’autre. C’est une ode à la différence mais sans en faire dans le mélo-drame ni en essayant de se mentir. On a les bons et les mauvais côtés, l’auteur ne se voile pas la face!

Publicités

Review > Phobos T1

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Cover Phobos 1

 

Titre de la Saga : Phobos
Titre du Tome I : Les éphémères
Auteur : Victor Dixen
Editions : Robert Laffont, Collection R

• Date de parution : Juin 2015
Lu en : Format numérique
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 12.99eur / Format papier broché : 17.90eur
Cotation : 17/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Six prétendantes d’un côté.
Six prétendants de l’autre.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées.
Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l’amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

Phobos, c’est un peu la saga français young-adult incontournable.
Et comme d’habitude, je m’y prends 3 guerres en retard pour me lancer dedans.
Lorsque Azkabooks l’a proposé comme lot de concours, je me suis dis qu’il était temps que je m’y essaie et que je participe. Par chance, j’ai remporté ledit concours!

La principale chose qui m’avait freinée pour oser m’aventurer dans cette saga, et bien… c’est son résumé.
Résumé qui a l’air de mettre en lumière beaucoup beaucoup de blabla romance.
TOUT CE QUE JE N’AIME PAS.
Mais beaucoup de copines blogueuses/intagrameuses m’ont soulagée en me prévenant que ce n’était pas si dramatique que ça et que ce n’est pas entièrement tourné autour des rencontres entre les prétendants malgré ce que la 4è de couverture annonce.
Mmmh, oui… et non.
En effet, l’aspect romancé n’est pas du tout un fardeau car plutôt bien réparti tout le long du livre. Cependant, faut quand même avouer que niveau niaiserie on bat parfois des records! Bon après, j’ai pris ça avec second degré. Mais sans rires, durant les speed-dating, j’ai failli m’étrangler plusieurs fois face aux répliques de drague lamentables tout droit sorties du « Draguer dans l’espace pour les nuls ». J’ai imaginé que c’était du sarcasme et du foutage de gueule à chaque fois et qu’en vrai tout le monde se crache dessus, ça rendait le tout plus drôle (niark niark).

Cat evil laughter

Sinon, de fait, l’histoire est plus complexe qu’une simple retransmission de speed-dating en direct. Phobos, à l’image de Hunger Games, dépeint une réalité des plus tristes : faire de tout et n’importe quoi un show TV. A notre époque où regarder d’autres personnes vivre dans une maison en direct, regarder des personnes qui regardent eux-même la télé et ainsi multiplier les télé-réalités plus navrantes les unes que les autres, Phobos pousse le bouchon encore plus loin et frôle les limites du dérangeant.
L’émission Génésis est tout droit sortie de l’imagination d’actionnaires. Actionnaires qui ont racheté la NASA et en ont fait quelque chose de.. différent? Tout miser sur Mars et pour renflouer les caisses organiser une méga télé-réalité de l’espace en envoyant des jeunes aux histoires tordues et mystérieuses tomber amoureux à quelques années lumières d’ici. Jusqu’où va-t-on aller pour se faire de l’argent? Mais surtout qu’est-ce que l’Homme est prêt à faire pour ça?
Evidemment, il y a des failles dans leur merveilleux plan de colonisation de la Planète Rouge. Failles qui coûteront probablement la vie des prétendants. Est-ce que cela pose un problème moral à l’Homme? Rien n’est moins sûr.

Dès lors, on apprend à aimer détester les organisateurs de ce programme. Oui, car on n’a qu’une seule envie, que tout soit révélé au grand jour. Alors on patiente, gentiment, on subit les atrocités de ces gens.. attendant que la roue tourne.
S’il y a bien un personnage qui joue son rôle à la perfection, c’est Serena qui est un peu l’organisatrice principale, elle est d’une perfidie sans pareil. Je me réjouis vraiment de voir comment ça va évoluer pour elle.
(MEUUUUUURS)
(oups)
Autrement, les prétendants sont tous attachants. Nous n’avons pas beaucoup de matière à exploiter concernant les garçons, sauf ce que les brefs entretiens peuvent nous dévoiler. Mais concernant les filles, il y a de quoi faire. La psychologie de Liz m’a interpellée, je sens vraiment que quelque chose cloche chez elle, je pense savoir quoi mais je n’ose pas m’avancer. Safia, la plus jeune, m’a vraiment énormément plu. Bien évidemment, Léonor, notre héroïne n’exempte pas à la règle, elle est extrêmement intrigante. Ses réactions parfois surprenantes font d’elle une personnalité quelque peu « instable » d’un côté, mais terriblement droite quand il le faut.

Les auteurs adoooorent nous faire ça, of course, Phobos 1 ne déroge pas à la tradition : finir sur un GRBLMNOPQ de cliffhanger.
Moi qui étais mitigée lorsque j’ai commencé ce récit, me voilà, à mon tour, envoûtée par l’univers que nous propose Victor Dixen. Son écriture est d’ailleurs très reposante, il prend son temps, on prend du plaisir à le lire!
Je recommande ce premier Tome aux rares, je pense, qui n’y ont pas encore cédé. Le virus Phobos est très contagieux!

Review > Un nouveau monde T1 L’unification

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Cover Autre monde.jpg

 

Titre de la Saga : Un nouveau monde
Titre du Tome I : L’unification
• Auteur : Tessa Nauvel
• Editions : Auto-édité
• Date de parution : Mai 2016
• Lu en : Format numérique
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 3.99eur / Format papier broché ; 14.50eur
Cotation : 13/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Dans un futur où les hommes ne sont plus les seuls habitants sur Terre, leur nombre réduit à peau de chagrin et regroupés dans un périmètre continental par une forme de vie extraterrestre plus avancé, Amélia, une jeune fille de 16 ans et demi aspire à une vie meilleure et plus de liberté. Comme beaucoup d’autres Natifs, indigènes légitimes de la planète bleue, elle s’est inscrite au Programme d’Unification pour incorporer la communauté des Extras. Elle ne soupçonne alors pas que c’est toute sa vie qui changera en rencontrant l’un d’entre eux, Arone Karmik, un Alien qui ne lui cache pas son aversion pour les êtres humains. Déterminée à tenir bon malgré le comportement méprisant de cet être à la beauté aussi implacable que son esprit hostile, elle ne se doute pas un instant que le but de ce programme est bien plus important qu’il n’y paraît.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

La Saga Illuminae m’avait tellement plu que je voulais m’essayer un peu plus au genre de la science-fiction.
Ce n’est pas un genre qui me rebutait, loin de là, mais j’avais pu de lectures du style dans mon palmarès et je n’osais pas trop me lancer.
Du coup, lorsque j’ai vu que Tessa Nauvel proposait ce livre en service-presse, je me suis empressée de lui envoyer un message.
Je la remercie donc pour sa confiance!

Mais…
Est-ce que ce livre m’a réussi?

C’est très dur à déterminer et j’ai du mal à mettre les mots sur ce que ce livre m’a fait vivre comme émotion.

Essayons de nous expliquer…

Explain Sheldon.gif

On va commencer avec la presqu’unique chose qui m’a posé problème.
Tout simplement… La nature de la relation entre Arone et Amélia.
Le résumé laisse largement prévoir une romance et l’auteur m’avait en effet confirmé ce point.
Mais je ne m’attendais clairement pas à ce que la romance prenne le dessus sur TOUTE l’histoire. J’imaginais une science fiction teintée d’amour et d’érotisme mais pas QUE ça.
J’aurai pu m’y habituer sans problèmes car le contexte s’y prêtait bien mais je n’ai pas pu à cause de leurs caractères et surtout de leurs réactions, aussi involontaires soient-elles.
J’ai trouvé leur relation terriblement toxique en réalité.
Durant les neuf dixième du roman, nous n’avons que le point de vue d’Amélia. Amélia qui est une jeune femme qui manque cruellement de confiance en elle, du coup j’ai pu aisément m’identifier à elle, mais là où ça devient dérangeant c’est lors de ses états d’âme concernant Arone. Dans le sens où on voit qu’elle perçoit le risque d’une relation avec Arone qui est beaucoup trop instable mais est totalement contradictoire dans ses faits et gestes. Arone, lui, est purement et simplement détestable, manipulateur, narcissique et tous les synonymes que tu peux trouver. Du coup, le cocktail des deux est, à mon sens, plutôt malsain. Arone donne, durant la majeure partie du roman, l’impression de vouloir simplement l’humilier tout en étant tiraillé par une forte attirance à son égard. Attirance partagée évidemment.
La fin du roman nous délivre cependant les pensées d’Arone mais cela ne m’a pas aidé à avoir plus de compassion à son égard. Ils sont trop, tous les deux, dans un fonctionnement exclusif et obsessionnel que je trouve vraiment dangereux. Pour avoir vécu ce type de relation, ce n’est vraiment pas quelque chose que j’arrive à occulter dans un roman surtout si cela prend 700pages. Du coup, c’est purement personnel mais bon, je dois le relever pour pouvoir expliquer mon point de vue.

Bon allez, on va repartir sur des notes plus joyeuses!
L’atout majeur de ce livre et la raison pour laquelle j’ai pu aller jusqu’au bout, c’est très certainement la douce plume de l’auteur. Elle est extrêmement poétique, c’était un régal à lire. Pour le coup, les passages érotiques n’ont absolument pas semblé vulgaires malgré un vocabulaire parfois cru et osé. Malgré les longueurs, c’était un plaisir de découvrir ses tournures de phrases.
De plus, son univers est plutôt très bien construit. La Terre telle que nous la connaissons n’existe plus, tout ou presque est changé. Elle nous familiarise tout le long du roman à ces transformations et rend ce monde très vivant. C’est pour cela que je disais au début de la chronique que le contexte se prêtait vraiment bien à ce que je poursuive la lecture! J’aurais, toutefois, apprécié qu’on nous amène encore un peu plus concernant cet univers. Au début du livre, on nous parle de rebelles qui sont contre le système mis en place par les Extras, je m’attendais donc à les voir débarquer au bout d’un moment… malheureusement non. De même que j’aurai vraiment aimé avoir plus de consistance au niveau du déroulement de la formation d’Amélia. C’est très axé au niveau relationnel, l’intégration parmi des étrangers, la tolérance ; ce qui est très appréciable, évidemment! Mais bon, je ne peux m’empêcher de penser à Divergente, dont le premier Tome parle de la formation de l’héroïne parmi les Audacieux, l’aspect technique de son apprentissage y était bien expliqué et je trouvais que ça aurait pu avoir sa place dans ce livre aussi pour apporter un second souffle entre deux épisodes Arone-Amélia!

Ce livre contient tout de même un message fort : tolérance, paix et amour. Sans rires, le prologue du livre est plein de bon sens. Nous avons droit aux explications de la grand-mère d’Amélia sur le pourquoi du comment de l’arrivée de ces Extras sur Terre. Explications terriblement sages et avisées, abordant notamment l’aspect de « l’Homme maître de la destruction ». L’Homme a tendance à voir le mal partout, chercher la confrontation et est surtout dans une quête éternelle de pouvoir. L’Homme est le fléau de l’Homme.

En résumé, ce livre est, à mon sens, destiné à un public qui saura avoir un oeil critique tout en sachant ne pas trop s’impliquer émotionnellement (ce qui n’a pas été mon cas). En y réfléchissant, je connais très peu de livres où les relations sont exemplaires et absolument saines. Mais ici, la longueur du roman et le fait que ce soit presqu’exclusivement tourné sur ça, c’était de trop pour moi. Ce qui m’embête profondément car l’écriture est au top et l’environnement fichtrement bien construit… Ce livre regorge aussi de messages profonds, parfois dissimulés et pour ça, chapeau!

Review > Illuminae T1&T2

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Cover Illuminae

 

Titre de la Saga : Illuminae
Titre du Tome I : Dossier Alexander
Auteur : Amie Kaufman et Jay Kristoff
Edition : Casterman
Date de parution : Septembre 2016
Lu en : Format papier broché
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 13.99 eur / Format papier broché ; 19.90 eur
Cotation : 20/20

 

Cover Illuminae 2.jpg

 

Titre de la Saga : Illuminae
Titre du Tome II : Dossier Gemina
Auteur : Amie Kaufman et Jay Kristoff
Edition : Casterman
Date de parution : Juin 2017
Lu en : Format papier broché
Prix Amazon : Format numérique Kindle ; 13.99 eur / Format papier broché ; 19.90 eur
Cotation : 20/20

 

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

RÉSUMÉ TOME I

Ce matin de 2575, lorsque Kady rompt avec Ezra, elle croit avoir vécu le pire moment de sa vie. L’après-midi même, leur planète est attaquée par une entreprise interstellaire sans foi ni loi – BeiTech. Obligés de fuir, Kady embarque sur le vaisseau Hypatia, Ezra sur l’Alexander. Très vite, Kady soupçonne les autorités de leur cacher la vérité. Avec l’aide d’Ezra – le seul en qui elle peut avoir confiance -, elle pirate le réseau informatique de leur flotte, accédant ainsi à des données confidentielles qui mettent en cause leur propre état-major. Alors qu’ils sont toujours traqués par BeiTech, l’Intelligence Artificielle censée les protéger se met à agir d’une façon étrange…

RÉSUMÉ TOME II

Sur la station spatiale Heimdall, tout le monde se prépare à la grande fête de Terra. Certains plus intensément que d’autres : la fille du commandant,
Hanna Donnelly, experte en mode et en arts martiaux, aimerait bien faire la fête jusqu’au bout de la nuit. C’est à ce moment précis que BeiTech lance son
attaque, envahissant la station avec une violence inouïe. Ceux qui résistent sont éliminés. Les autres, capturés. Quant aux fuyards, ils sont traqués sans
relâche. Parmi les rescapés : Hanna et Nik, un véritable bad boy issu d’une grande famille mafieuse. Les deux ados que tout sépare s’allient pour sauver
leur peau. Pendant que s’amoncellent les cadavres, dont certains d’êtres très proches…

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

Bon.

Comment en parler…

ARGKZAHEIANDAOANIXOOIZA.

*reprendssonsouffle*

LISEZ. CES. LIVRES.

The end.gif

(j’avais bien prévenu sur instagram que j’allais pas savoir chroniquer cette saga)

Je vais définitivement vous pondre l’avis le moins objectif du monde et le moins bien construit.

Parce que, les gars, y a TOUT qui est parfait.
Genre vraiment tout.
D’ailleurs dans mes cotations Booknode j’ai mis 10/10 à chaque catégorie, ça ne m’étais JAMAIS arrivée, même pour Harry Potter, tu te rends compte?

Ron madly in love

Déjà, au niveau du format ce livre est une perle d’originalité.
Sous forme de retranscriptions vidéo, discussions instantanées numériques ou même encore analyses des transcriptions d’une intelligence artificielle… Certains pages sont limite des oeuvres d’art.
Ca perturbe vraiment, je n’ai jamais été confrontée à un livre qui propose un contenu sous cette forme. Personnellement, j’ai adoré ça mais j’ai conscience que cela peut en rebuter certains. Pourtant… attends d’avoir lu ne serait-ce qu’une dizaine de pages… Tu n’en reviendra pas.

Les deux personnages principaux du premier Tome, Kady et Ezra, sont typiquement THE personnages qui me plaisent à 100%. Ils sont terriblement humains, complètement allumés, d’un humour torché, ainsi qu’imprévisibles et attachants.
Et c’est bien la première fois qu’une romance passe carrément bien dans un livre à mon goût. Leurs personnalités m’ont tellement plu que chaque action, chaque parole résonnait formidablement bien dans ma tête de lectrice émerveillée.
Mais…
Arrivée, au second Tome, je m’aperçois vite que mes deux amours ne sont plus les protagonistes principaux.
Heureusement, Hannah et Nik sont tout aussi captivants même si j’admets trouver Hannah un rien moins intéressante que Kady, mais vraiment un rien.
Le deuxième livre fait aussi apparaître une jeune fille plus que troublante, il s’agit de la cousine de Nik, elle a vraiment été un coup de coeur, j’ai adoré sa force et sa détermination.
Du coup, tu le devines, l’aventure à leurs côtés est plus que palpitante!

Parlons-en de l’aventure!
Les deux livres démarrent « calmement ». Par calmement, je veux dire que tu sens dès le départ que la cata va arriver mais les auteurs nous familiarise un court temps avec les personnages avant de foutre le gros bordel.
Bah oui.
Histoire qu’on s’y attache bien et qu’on stresse pour leurs fesses durant les 600 pages comme si notre propre vie était en jeu!
Et en effet, ce livre m’a fait vivre plus de sensation que le film le plus riche en actions que tu peux connaître. En 3D. Ou réalité virtuelle. Ou genre même toi qui vit le plus gros stress de ta vie. Bah. Ce livre dépasse ça, et de loin.
Pour te dire, j’avais examen, j’ai passé presque nuit blanche pour lire le premier tome et le matin je paniquais plus pour Kady que pour ma réussite (pas bien, je sais, chut, j’ai réussi cet examen de toute façon mouhaha).
Le second Tome est construit de façon similaire. Même si les péripéties n’ont strictement rien à voir.
Je n’ai eu à aucun moment une impression de déjà-vu, chaque livre a vraiment sa construction propre.
De plus, ce tome-là nous amène une autre perspective plus… complexe. On est bel et bien dans de la science-fiction et quand des auteurs décident de s’amuser avec ça, ça donne un truc vraiment hallucinant qui soulève plein plein de questions.
Questions qui devront attendre le troisième Tome pour avoir des réponses.
OUI.
Ils nous ont fait ça. Ils nous ont bouclé le Tome 2 avec un maudit cliffhanger qui m’a fait hurler de désespoir (mon chien a pleuré avec moi, c’était drôle, Illuminae partenaire de maltraitance animale depuis 2017, regardez ce que vous nous faites!)

Cette chronique part en vrille?
PAS DU TOUT.

well gif.gif

En résumé, ces livres m’ont fait passer par la curiosité, les larmes à de multiples reprises, une frousse bleue pour les personnages durant les 80% du temps, de l’émerveillement et aussi de la surprise.
Je ne peux QUE recommander cette Saga, qui est pire qu’un coup de coeur.
Illuminae ce sont des livres dont on ne sort pas indemne, qui te rappellent pourquoi, nous lecteurs, on aime autant ça, pourquoi on est aussi enthousiastes à l’idée d’entrer dans un nouvel univers (Illuminae, se passe dans l’espace, univers, got it? … ok, j’arrête).
C’est pour des perles ainsi que je lis. Pour être emmenée au-delà de ce que je peux imaginer.
Alors merci à ces auteurs et aux Editions Casterman pour l’avoir publié en français.
Je ferai d’ailleurs une entorse à ce que j’avais établi, c’est-à-dire que je ne publie pas d’avis sur des suites de Saga, je publie sur le premier tome ou sur plusieurs en un article, car je ne supporte pas sortir un avis pour répéter la même chose ou presque, en général d’un tome à l’autre il y a peu de choses qui changent. Mais ici, je mettrai à jour cet article même avec mon avis pour le Tome 3 dès qu’il sortira…

Review > Autre Monde T1 L’alliance des Trois

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre de la Saga : Autre Monde

Titre du Tome I : L’alliance des Trois

Auteur : Maxime Chattam

Edition : Albin Michel

Date de parution : Novembre 2008

Lu en : Format papier broché

Prix Amazon : Format papier broché ; 20.90eur / Format papier poche ; 7.60eur / Format numérique ; 9.99eur

Cotation : 16/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

Personne ne l’a vue venir.
La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies…
Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la Terre n’était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser.
Pour comprendre.
Pour survivre…
A cet Autre Monde.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

La Saga Autre Monde fait beaucoup de bruit pour le moment. Je l’ai vue apparaître à plusieurs reprises sur Bookstagram et dans les chroniques des blogs que je suis.

Je ne m’étais pas vraiment penchée sur l’engouement général qu’il générait mais on connait à présent ma petite bibliothèque de village qui propose à tout casser une nouveauté par an, du coup en fouillant dans les trucs un peu plus anciens j’ai vu qu’elle possédait la saga entière!
Alors ; Why not? Après tout, s’il revient en force ces temps-ci ça doit être pour une bonne raison et je voulais vérifier par moi-même!

Ce livre possède indéniablement un bon potentiel mais… j’ai tout de même eu quelques problèmes même si j’ai vraiment aimé la lecture.

Tout d’abord, l’histoire ressemble à s’y méprendre avec une autre saga que j’ai lue. Il s’agit de Gone par Michael Grant. Je n’ai pas la date exacte de sortie de Gone mais je sais qu’ils sont sortis tous les deux en 2008. Donc du coup pour le côté découverte d’une histoire originale on repassera…
Entre l’affaire des adultes qui disparaissent, les dégénérescences/mutations, les gosses qui se regroupent en communauté et un truc bizarre méchant mystérieux sur lequel on a pas trop d’infos… Voilà, j’ai eu un remake de Gone.

Yeah great

Mais attends!
Pars pas tout de suite…

Une fois passée la frustration d’avoir encore affaire à une énième histoire qui suit cette idée on en vient à apprécier les subtilités propres à Chattam.

Je n’ai jamais lu de ses livres avant celui-ci mais j’ai été doucement convaincue par sa plume. Il est très doué pour transmettre de la vie à son histoire. Je me sentais très proche des protagonistes et de l’environnement nouveau dans lequel ils évoluaient. Il dose très bien ses phrases, jouant très bien avec le suspense et les retournements de situations sans trop en faire non plus. Parfois, les auteurs ont tendance à vouloir enchaîner les rebondissements, ne laissant que très peu de répit à son lecteur qui, au final, en vient à se questionner sur ce qu’il vient de lire et son attachement à l’histoire. Des fois ce fonctionnement marche très bien mais souvent il laisse un goût de trop peu surtout concernant le développement de la complexité des personnages et du contexte.
Dans un livre comme l’Alliance des Trois, c’est plus que nécessaire de prendre un moment entre chaque situation pour faire le point et redéfinir tranquillement le décor sans non plus perdre son lecteur avec des explications à rallonge. Chattam maîtrise cela à la perfection et c’était donc un pur bonheur de faire défiler les pages!

Ron reading.gif
C’était littéralement moi pendant les 200 dernières pages.

Les personnages sont tous intéressants et surprenants dans leur évolution.
Ce livre est basé sur la théorie selon laquelle la Terre, semblable à un être vivant, se serait débarrassée des individus qu’elle aurait jugés problématiques… Donc, tu as compris : Les Hommes. Tous les problèmes environnementaux vont leurs revenir à la figure, voire pire encore. Les humains restants se rendent compte de ce que cela implique, que tout a changé et que la Terre a défini de nouveaux paramètres pour chaque être vivant. La plupart des humains comprennent vite qu’ils incarnent l’espoir d’une civilisation bah.. civilisée en fait, qui ne causerait pas de tort à sa planète ni à son prochain. Toutefois, cette prise de conscience s’accompagne de quelques problèmes. Tous ne sont pas arrivés aux mêmes conclusions et donc confronteront les gentils humains (les gentils, les méchants, ma chronique est définitivement complexe hein dis) à des sombres côtés de leur personnalité qu’ils espéraient avoir éteints… mais qui feront leur apparition quand la question de la survie sera de mise. Ca nous laisse penser que dans les prochains tomes ces questions existentielles seront d’autant plus développées : comment se débrouiller dans un monde hostile en gardant son humanité?

Let's go kill them.gif

L’histoire aborde des thématiques vues et revues, on est d’accord, mais le scénario reste vachement bien mené. Et puis un livre de plus pour dénoncer le poison que nous sommes pour notre Terre, ça fait pas de mal! L’écriture de Chattam y étant pour beaucoup, le rythme est toujours plaisant, on ne s’ennuie jamais! De même que, comme mentionné précédemment, certains revirements de situation sont plutôt sympas à découvrir. On pense à tort que l’auteur ne nous surprend pas, on s’attend à la moitié de ce qu’il développe mais ce n’est pas du tout ça, il nous trompe vraiment!

Pour ceux qui sont blasés du choix éternel des thèmes « mutants-plus de parents-tout seul les enfants-univers pas content », je ne vous dirai pas de passer votre chemin… Je pense au contraire que ce livre a quelque chose de plus à apporter à ces thématiques! Je poursuivrai la saga avec plaisir!

Review > Volatilisés

new-piktochart_21743309_9b4a720f18469d3911770e92f7dcb0ee42e6f04b

Titre: Volatilisés

Auteur: Liam Fost

Editions: Rebelle

Lu en: Format numérique

Parution originale : Mai 2017

Prix Fnac: Format broché ; 14.50eur / Format numérique ; 0.99eur

Cotation: 15/20

new-piktochart_21743309_a93870265fad9f6df8276ecdfd291417432e1b35

À son réveil, Matthew s’aperçoit que quelque chose ne va pas. Il sort de chez lui et se rend compte qu’il est seul, que tout le monde a disparu. Tout lui paraît différent, ce Nouveau Monde semble être un patchwork de celui qu’il connaissait… Où se trouve-t-il réellement ? Pourquoi est-il là ? Les personnes qu’il va rencontrer pourront peut-être l’aider, mais seulement le voudront-elles ?
S’il souhaite s’en sortir, Matthew devra s’adapter à un nouvel univers, ainsi qu’à ses règles.

new-piktochart_21743309_d1873dbbff27bf1128561bd9ea002430bd7a0e2c

Volatilisés est l’un de ces petits livres dont la plume tellement agréable, fluide te fait vraiment prendre du bon temps. Et pour ça, je remercie l’auteur de sa confiance pour ce partenariat et j’espère être aussi charmée par son autre service-presse pour « Cry for Help »!
Ca faisait longtemps que je n’avais plus lu quelque chose où l’auteur ne se cache derrière une plume qui ne lui ressemble pas. Ici, tout semble spontané, instinctif. Ca ne te donne pas l’impression d’être calculé et prévu à l’avance ce qui, à mon sens, ôte une bonne partie du charme de l’histoire. Cependant, quelque chose de trop impulsif pourrait vite tourner à la grosse confusion.
Pas pour cet auteur! Il maîtrise tout presqu’involontairement semble-t-il et pour ça respect!

Sparrow respect.gif

Cependant, un petit défaut finit par faire son apparition au fil des pages. Pas tant concernant son écriture en elle-même mais plutôt au rythme que cela confère à l’histoire. J’ai trouvé le tout un peu trop rapide. L’histoire débute sur les chapeaux de roues et ne s’arrête plus! C’est certes très prenant mais parfois le lecteur peut avoir besoin de plus de détails. Une histoire bien construite, avec une intrigue intéressante comme celle-ci peut se permettre de se laisser aller à quelques notes superficielles. Elles n’apportent pas énormément en plus à l’histoire mais elles sont juste là pour nous autoriser à reprendre notre souffle entre deux chapitres et ne pas avoir cette impression de « vite-fait-bien-fait » qui émane de certaines parties du livre.

Heureusement, l’intrigue est plutôt bien choisie. Ce n’est pas explosant d’originalité mais elle ne laisse pas indifférent. Mais là encore, je reste un peu sur ma faim car un rien plus exploitée : le livre aurait été davantage saisissant. L’auteur laisse bien planer le mystère jusqu’au 3/4 du livre, pour ça je l’en remercie, mais je reste persuadée qu’il manque un rien pour que vraiment on se dise « Ah bah ça alors, c’est du génie »!

giphy.gif

Parce qu’au final, sur l’intrigue principale, le pourquoi du comment, on en sait très peu! Et c’est dommage que l’auteur n’ait pas jouer cette carte plus longtemps. Je reproche un peu à l’histoire d’avoir conclu trop vite. Le mystère est révélé et pouf 10 pages plus loin on a en plus la solution à tous les problèmes! Ca manque un rien de complexité.

Voilà, la limite de cette lecture, elle manque de rigueur peut-être. Le scénario est intéressant, l’écriture efficace, en revanche point faible dans le développement.
Ce qui n’enlève en RIEN le plaisir qu’on peut trouver à le lire mais pour les grands frustrés comme moi, on apprécie d’être un peu plus malmenés que cela!
Il reste trop de zones d’ombres inexploitées surtout concernant le dénouement.

Pour les personnages, y en a pour tous les goûts! Un jeune homme proche de la trentaine et son homologue féminin, une fillette, une ado et j’en passe.
Tous sont introduits petit à petit, ce qui nous laisse vraiment le temps de nous familiariser avec eux et d’apprendre à les apprécier, ou pas!

Mais de manière générale, mon avis reste tout à fait positif! L’histoire est tout ce qu’il y a de plus sympa à lire, riche en rebondissements, terriblement agréable au niveau de la plume avec de très très bonnes idées. Juste warning pour les éternels insatisfaits : soyez conscients du léger manque de développement mais autrement ENJOY!